POLITIQUE

Roche a fourni plusieurs milliers de dollars pour la campagne de Marois dans Charlevoix

09/06/2014 09:23 EDT
CEIC

EN DIRECT - Un ingénieur de la firme Roche a fourni plusieurs milliers de dollars pour la campagne de financement de Pauline Marois dans Charlevoix pour les élections de décembre 2008, à la demande de son attaché politique Ernest Murray. Ce dernier a affirmé à la commission Charbonneau en avoir informé à l'époque Mme Marois.

Un texte de Bernard Leduc Courriel

Notre blogue en direct

Le témoignage de M. Murray est terminé. Elle entend maintenant Christian Côté, un proche de l'ex-ministre du Travail David Whissell.

En octobre 2008, M. Murray, qui depuis 1994 avait toujours concentré ses efforts sur le financement populaire, avait de grandes difficultés à amasser des fonds alors que la circonscription venait de vivre, coup sur coup, une élection générale, la partielle qui avait permis de faire élire Pauline Marois, et enfin la campagne annuelle de financement.

M. Murray, qui était responsable du bureau de Mme Marois dans Charlevoix depuis 2007, a alors contacté un individu qui travaillait chez Roche. Un homme, en fait, qu'il connaissait bien. Il avait en tête le fait que puisque les firmes donnaient déjà au PQ au niveau national, elles pourraient tout aussi bien donner à la circonscription.

M. Murray a demandé à cet individu s'il pouvait l'aider à obtenir 10 000$, soit ce qui lui manquait pour atteindre son objectif de financement.

Le témoin, que la commission appelle A, lui souligne qu'il a alors besoin de noms pour pouvoir lui fournir des chèques. Il va donc lui fournir trois noms, des proches de l'ex-député péquiste Rosaire Bertrand, qui avaient été mis au courant du stratagème.

Ces noms ne seront finalement pas utilisés comme prête-noms par l'ingénieur de Roche, qui fournira malgré tout de l'argent par chèques.

La commission Charbonneau a démontré, courriels à l'appui, que M. Murray avait réservé deux cartes pour Mario Martel, le président de Roche, et le témoin A, pour un souper avec Pauline Marois fin octobre à Québec.

Roche souhaite un retour d'ascenseur

Dans les semaines qui suivent les élections de décembre 2008, et la réélection de Mme Marois dans Charlevoix, Roche, par l'entremise de l'ingénieur mystère, s'attend à récolter les fruits de son investissement.

Par courriels, le témoin A souligne à Ernest Murray, d'un même souffle, qu'il lui doit encore 1500 $ sur la somme promise et que sa firme est fort intéressée par deux projets en cours dans Charlevoix, concernant le cégep et un musée, sur lesquels il souhaite avoir de l'information.

M. Murray, qui va lui donner alors les noms de deux responsables, affirme qu'il aurait fait la même chose pour tous.

Mais il assure qu'il n'avait jamais promis de retour d'ascenseur au témoin A pour la contribution de Roche, tout en ayant vite compris alors que c'est ce à quoi il s'attendait. 

« Je n'ai jamais pensé recevoir de l'argent pour donner des avantages », a-t-il plaidé, reconnaissant qu'il ne l'avait pas dit aussi clairement au témoin A par souci de garder la porte ouverte pour du financement futur.

Pauline Marois était au courant

M. Murray affirme qu'il avait mis Mme Marois au courant de ses démarches auprès de Roche et a convenu que, si elle ne les avait pas autorisées, elle ne l'avait cependant pas réprimandé pour l'avoir mis devant le fait accompli.

« Je ne lui ai pas dit que ce n'était pas légal », a-t-il poursuivi, « mais je pense que Mme Marois est un peu plus allumée dans ces affaires-là que moi ». 

M. Murray a conclu son témoignage en soutenant qu'il s'est agi, dans sa carrière, d'un acte isolé.

Un militant de la première heure

M. Murray a été attaché politique et responsable du bureau du député de Charlevoix Rosaire Bertrand de 1994 à 2002 pour revenir à son service de 2004 à 2007, avant d'occuper les mêmes fonctions pour Pauline Marois dans cette circonscription jusqu'en 2010.

Ernest Murray a expliqué s'être occupé pendant toutes ces années des campagnes de financement et de recrutement dans la circonscription de Charlevoix pour le Parti québécois.

De par ses fonctions, il était responsable de s'assurer de l'atteinte des objectifs financiers fixés en commun par le parti et la circonscription, soit entre 15 000 $ et 20 000 $ dans les années 1990 et 40 000 $ en 2010.

M. Murray a décrit un mode de financement essentiellement populaire, mais a ajouté que le PQ avait attiré davantage de gens d'affaires dans son entourage avec la création du Club 400 en 2003.

Il s'agissait en bref de faire valoir qu'en donnant 400 $ au PQ, on obtenait un remboursement d'impôt de 300 $. Il admet que si cette formule a permis d'aller chercher davantage de gens d'affaires, ce n'était pas le but, et que des personnes de différents horizons s'étaient aussi mises à donner davantage.

Il convient cependant que la création d'événements pour les membres du Club 400 permettait aux gens d'affaires de venir faire du réseautage, mais que ce n'était pas le but de l'événement, avant tout militant. Tout au plus avaient-ils accès à la programmation des travaux dans la région, lorsqu'elle devenait publique, a-t-il insisté.

M. Bertrand a été député péquiste de Charlevoix de septembre 1994 à août 2007. Il a alors démissionné pour permettre à Pauline Marois, devenue chef du Parti québécois quelques semaines plus tôt, d'y être élue et de faire son entrée à l'Assemblée nationale.

En 2012, Pauline Marois est devenue première ministre du Québec, poste qu'elle a occupé jusqu'aux élections d'avril dernier. Confrontée à la défaite du Parti québécois et à sa propre défaite dans Charlevoix, elle a alors démissionné.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref