NOUVELLES

L'ultimatum de Klopas a sonné l'éveil chez l'Impact, estime Di Vaio

08/06/2014 02:57 EDT | Actualisé 08/08/2014 05:12 EDT
Kevin Casey via Getty Images
SEATTLE, WA - MARCH 02: Andy Rose #25, of the Seattle Sounders, chases Hassoun Camara #6, of Montreal Impact, in the first half at CenturyLink Field on March 2, 2013 in Seattle, Washington. (Photo by Kevin Casey/Getty Images)

MONTRÉAL - C'est bel et bien en livrant un ultimatum aux joueurs lors d'un vibrant discours à Toronto, en sommant ceux-ci d'afficher leur passion ou de quitter, que Frank Klopas a provoqué le déclic qui a ramené l'Impact sur le sentier de la victoire il y a 10 jours.

C'est ce qu'a confirmé Marco Di Vaio lors d'un entretien avec La Presse Canadienne, quelques minutes avant le Grand Prix du Canada de dimanche, alors que l'attaquant vedette du onze montréalais faisait la tournée des paddocks du circuit Gilles-Villeneuve.

«Frank a parlé et il a très bien parlé, a dit Di Vaio du discours bien senti qu'a prononcé l'entraîneur-chef de l'Impact pendant la mi-temps d'un match disputé à Toronto, le 28 mai. Nous aussi, dans l'équipe, on s'est regardé dans les yeux et on a compris que des changements aux niveaux de l'attitude, de la volonté et du mental étaient nécessaires.»

Après une longue période de médiocrité cette année, l'Impact s'est mis à jouer beaucoup mieux en deuxième demie de cette soirée-là à Toronto, à l'occasion du match aller de la finale du Championnat canadien. Ç'a permis aux joueurs montréalais d'égaler le score à 1-1 contre le Toronto FC, puis de vaincre cette formation 1-0 en match retour à Montréal, mercredi dernier. Entre ces deux rencontres, l'Impact a vaincu par un score de 2-0 le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, détenteur du premier rang dans l'Association Est en MLS.

Ces résultats faisaient contraste avec la mollesse affichée par l'équipe lors des matchs précédents.

«Chaque joueur doit être reconnaissant pour cette opportunité de faire quelque chose qu’il adore, et qu’on pourrait lui enlever demain matin. Alors, à chaque fois que tu mets le pied sur le terrain, tu dois avoir ce genre de passion et dévouement. Si tu ne l’as pas, tu n’as pas d’affaire à jouer à ce niveau-ci», avait lancé Klopas avec conviction et émotion devant les journalistes, après le match contre les Revs, lorsqu'on l'avait invité à expliquer l'éveil soudain des siens.

«Montréal est une belle ville, l’Impact est une grande organisation et si tu veux en faire partie, tu dois avoir ce niveau de dévouement à chaque jour», avait-il ajouté.

Klopas avait toutefois refusé, à ce moment-là, de confirmer que c'était là le discours qu'il avait livré à ses joueurs à Toronto. Ce qu'il dit aux joueurs doit rester privé, avait-il expliqué.

Di Viaio a toutefois confirmé, dimanche à l'île Notre-Dame, que ce sont là les propos que l'entraîneur a tenus.

«On a alors compris qu'on ne pouvait pas continuer comme ça, que c'était une semaine vraiment décisive qui s'en venait pour nous, pour notre futur, a déclaré le vétéran de 37 ans. On a monté notre niveau de jeu. On a commencé à jouer avec plus de confiance.»

Di Vaio s'est dit heureux d'avoir remporté le Championnat canadien et de s'être qualifié en Ligue des Champions de la CONCACAF. Il a toutefois rappelé qu'il y a encore une opportunité à saisir en championnat de la MLS. Malgré sa fiche de 2-6-4, la pire dans l'Est, l'Impact n'est qu'à huit points de la cinquième place, la dernière qui donne accès aux séries éliminatoires. Les joueurs devront donc mettre tous leurs efforts en ce sens, selon lui, en attendant que commence le tournoi rotation de la Ligue des Champions, au mois d'août.

«On doit y aller match par match, saisir chaque opportunité d'aller chercher les trois points pour monter au classement, a noté Di Viaio. On doit continuer à jouer comme on l'a fait lors des deux derniers matchs.»

Malgré les déboires de l'Impact en début de saison, qui semblaient destiner le club à une saison sans lustre, Di Vaio a dit n'avoir jamais regretté un seul instant sa décision d'avoir prolongé d'une année son entente avec le club montréalais.

«Non, jamais», a-t-il assuré.

DiVaio, par l'entremise d'un ami, a pu assister au Grand Prix dans une loge, après avoir visité les garages des écuries.

«C'est un grand événement, a-t-il dit du Grand Prix. Et l'opportunité était belle, puisqu'on ne joue pas en fin de semaine, de venir voir les Ferrari», a affirmé DiVaio, dont le pilote préféré est — sans surprise — Fernando Alonso.

L'Impact disputera son prochain match ce mercredi au stade Saputo. Le D.C. United et Davy Arnaud, l'ancien capitaine du onze montréalais, seront alors les visiteurs.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les équipes en MLS - saison 2014