NOUVELLES

Différend maritime Chine-Vietnam : Pékin justifie son utilisation d'une plate-forme pétrolière

08/06/2014 02:23 EDT | Actualisé 08/08/2014 05:12 EDT

La Chine a publié dimanche un long argumentaire pour défendre son droit d'utiliser une plate-forme pétrolière dans des eaux contestées en mer de Chine méridionale, objet d'un vif différend avec le Vietnam.

Selon un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères, diffusé intégralement par l'agence de presse officielle Xinhua (Chine Nouvelle), les abords des îles Paracels où les opérations de forage sont effectuées se trouvent dans "la souveraineté et la juridiction" de la Chine.

Le ministère a accusé le Vietnam d'agir de façon agressive envers le personnel chinois présent sur place, déclarant que des navires vietnamiens ont "perturbé illégalement et par la force" le travail sur cette plate-forme et ont heurté délibérément des bateaux chinois.

La plate-forme se trouve près des îles Paracels, appelées Hoang Sa par le Vietnam et Xisha par la Chine.

La controverse sur cette plate-forme pétrolière a encore détérioré les relations entre Pékin et Hanoï, déjà marquées par un différend territorial de plus en plus virulent sur les archipels des Paracels et des Spratleys, en mer de Chine méridionale. Ces régions ont des fonds supposés riches en pétrole et constituent d'importantes voies maritimes internationales.

Vendredi, le Vietnam a publié une vidéo spectaculaire montrant un navire chinois poursuivant et percutant un bateau de pêche vietnamien qui a ensuite sombré.

Les images vidéo, prises d'un navire vietnamien, montrent un grand bateau chinois pourchassant un petit bateau de pêche vietnamien en bois et le heurtant, avant qu'il ne coule.

Les dix pêcheurs à bord ont été sauvés par des navires vietnamiens après cet incident survenu le 26 mai non loin de la plate-forme controversée.

Les deux pays se lancent mutuellement des accusations à propos de ce naufrage, Hanoï parlant d'un "acte inhumain" de la Chine et Pékin affirmant que le bateau vietnamien était entré dans ses eaux territoriales.

Les tensions causées par l'affaire de la plate-forme ont déclenché le mois dernier de violentes émeutes antichinoises au Vietnam. Pékin déclare que quatre Chinois sont morts dans ces troubles, alors que le Vietnam donne un bilan de trois Chinois tués.

Le Vietnam, les Philippines, Brunei, la Malaisie et Taïwan ont des revendications concurrentes sur diverses zones de la mer de Chine méridionale.

bur-pdh/mtp/plh/sym

PLUS:hp