NOUVELLES

Wall Street accueille d'un bon oeil le rapport sur l'emploi américain

06/06/2014 10:15 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT

Wall Street ouvrait en légère hausse vendredi, poursuivant sa course vers de nouveaux records après des chiffres du chômage montrant que l'ensemble des emplois perdus aux Etats-Unis pendant la récession ont été recouvrés: le Dow Jones gagnait 0,36% et le Nasdaq 0,42%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'adjugeait 61,01 points, à 16.897,12 points, et le Nasdaq 18,03 points, à 4.314,26 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'appréciait de 0,32% ou 6,13 points, à 1.946,59 points.

Le Dow Jones et le S&P 500, deux indices vedettes à la Bourse de New York, avaient atteint des sommets historiques jeudi, portés par les mesures de relance monétaires en zone euro: le premier avait gagné 0,59%, à 16.836,11 points, et le second 0,65%, à 1.940,46 points.

Revigorés la veille par les annonces de la Banque centrale européenne (BCE), les indices new-yorkais ne perdaient rien de leur ardeur à l'orée du week-end. Ils continuaient à évoluer à des niveaux jamais atteints auparavant dans le sillage de chiffres sur le marché de l'emploi aux Etats-Unis jugé encourageant pour l'économie américaine.

Le taux de chômage aux Etats-Unis est resté stable en mai (6,3%), à son plus bas depuis septembre 2008.

Et si les créations d'emplois ont ralenti, comme attendu, à 217.000, contre 282.000 en avril (chiffre révisé), le nombre total des emplois a atteint ce mois-là 138,463 millions, contre 138,365 millions en janvier 2008, avant que la récession ne fasse perdre 8,7 millions d'emplois à l'économie américaine.

"Avec les embauches de mai, les chiffres mensuels sur l'emploi nous ramènent à des niveaux plus vus depuis avant la récession (montrant) que le marché enregistre de nets progrès", a commenté Sal Guatieri, de BMO Capital Markets.

Le marché accueillait cette bonne nouvelle sans arrière-pensée, la crainte qu'elle s'accompagne d'un durcissement de la politique monétaire américaine n'apparaissant pas encore d'actualité.

"Cela laisse anticiper que le programme de rachats d'actifs de la réserve fédérale américaine (Fed) va continuer à ralentir, mais une économie (américaine) encore fragile semble garantir que ses taux d'intérêt directeurs ne vont pas être rehaussés avant un an", a ajouté l'économiste.

Le marché obligataire progressait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,564% contre 2,584% jeudi soir et celui à 30 ans à 3,415% contre 3,432% la veille.

ppa/sl/rap

PLUS:hp