NOUVELLES

Somalie: trois humanitaires kényans libérés après presque deux ans de captivité

06/06/2014 11:49 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT

Trois humanitaires kényans retenus captifs par des pirates dans le nord de la Somalie pendant près de deux ans, ont été libérés sains et saufs, a annoncé vendredi leur employeur.

L'ONG International Aid Services (IAS) est "ravie d'annoncer que trois de ses employés enlevés en Somalie il y a plus de 22 mois ont été libérés sains et saufs", a déclaré l'organisation dans un communiqué.

La libération des trois humanitaires, Janet Muthoni Kanga, Martin Mutisya Kioko et Abdinoor Dabaso Bor, est une "excellente nouvelle", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'organisation, Andreas Zetterlund.

"Tous vont subir des examens médicaux de routine, mais nous pensons qu'ils sont indemnes et, compte tenu des circonstances, en assez bonne santé", poursuit IAS.

Les trois anciens otages, deux hommes et une femmes, avaient été enlevés en juillet 2012, lorsque leur convoi escorté par des policiers armés avait été pris dans une embuscade dans la localité de Galkayo, à cheval sur la frontière entre les régions autoproclamées autonomes du Puntland et de Galmudug, dans le Nord-Est.

Selon le communiqué, "les ravisseurs prétendaient être des pirates somaliens".

Les humanitaires ont été libérés jeudi et, avec l'aide des Nations unies et des autorités locales de Galmadug, ont été "emmenés dans un endroit sûr en attendant qu'ils puissent rejoindre Nairobi et leurs familles et amis", ajoute IAS.

Les pirates somaliens qui, il y a trois ans, possédaient des dizaines de navires et détenaient des centaines de prisonniers se sont désormais rabattu sur les enlèvements sur la terre ferme, face aux mesures de sécurité mises en place en mer.

IAS, dont le siège est en Suède, est une ONG travaillant dans plus de 10 pays, principalement en Afrique.

La Somalie, déchirée par la guerre, demeure l'un des pays les plus dangereux pour les humanitaires.

Les organisations humanitaires ont mis en garde ces dernières semaines contre un risque pour le pays de retomber dans une crise alimentaire aiguë, moins de trois ans après une famine dévastatrice, en raison d'un manque de pluie, de l'escalade du conflit et du manque d'aide.

Dans le sud de la Somalie, les 22.000 hommes de l'Amisom, la Force de l'Union africaine, combattent depuis 2007, aux côtés du gouvernement somalien, les insurgés islamistes shebab.

str-pjm-sa/mba

PLUS:hp