NOUVELLES

Pékin nie sous-estimer son budget militaire, comme l'en accuse le Pentagone

06/06/2014 03:33 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

La Chine a catégoriquement rejeté vendredi des affirmations du Pentagone selon lesquelles elle sous-estimerait de près de 20% le montant de ses dépenses militaires.

Le ministère chinois de la Défense "rejette en bloc" le rapport annuel au Congrès du Pentagone, rendu public jeudi, a affirmé l'agence de presse Chine nouvelle.

Ce rapport "profère des accusations infondées en montant en épingle l'idée d'une menace militaire chinoise", a ajouté l'agence, en citant le bureau d'information du ministère.

Deuxième puissance militaire au monde après les Etats-Unis, la Chine a également le deuxième budget de défense le plus élevé de la planète, toutefois nettement inférieur à celui de Washington.

Officiellement de 119,5 milliards de dollars en 2013, le budget chinois de la Défense dépasse en réalité les 145 milliards de dollars, selon le département américain de la Défense.

Le budget américain de la défense américain s'est lui établi pour l'exercice budgétaire 2013 à 495,5 milliards de dollars, sans compter les 82 milliards budgétés pour la guerre en Afghanistan.

Selon le Pentagone et des experts occidentaux, les dépenses militaires réelles de Pékin dépassent toutefois largement le montant officiel et ce n'est pas la première fois que Pékin est accusé de minimiser la réalité.

Le budget militaire de la Chine a ces dernières années augmenté à un rythme nettement plus élevé que son PIB.

La Chine se dote en effet d'armements de plus en plus sophistiqués et travaille sur des programmes emblématiques, comme la construction d'au moins un deuxième porte-avions, d'avions de chasse furtifs ou de missiles pouvant frapper à des milliers de kilomètres les navires de guerre.

En même temps, Pékin maintient que sa technologie militaire accuse des décennies de retard sur celle des Etats-Unis et que la modernisation de son armée a pour unique but la "défense" nationale.

Cette position est de plus en plus discutée, la Chine se dotant désormais d'outils de projection de forces et affirmant de plus en plus clairement ses ambitions navales et territoriales.

tjh-seb/ple/ia

PLUS:hp