NOUVELLES

Le taux de chômage a grimpé légèrement au mois de mai au Canada selon Statistique Canada

06/06/2014 09:29 EDT | Actualisé 06/08/2014 05:12 EDT
SRC

OTTAWA - Le marché canadien du travail a réalisé une légère remontée le mois dernier, mais cette bonne nouvelle a été atténuée par le fait que les 28 000 nouveaux emplois nets étaient à temps partiel — parmi lesquels plusieurs probablement temporaires, puisque qu'une première vague d'étudiants est arrivée sur le marché du travail pour l'été.

Malgré l'augmentation nette de l'emploi, le taux de chômage officiel est retourné à sept pour cent, à la suite de plusieurs mois à 6,9 pour cent. Ce résultat s'explique par la hausse du nombre des personnes à la recherche de travail.

La vraie nouvelle apportée par Statistique Canada dans son rapport mensuel, rendu public vendredi, est que le nombre des emplois à temps plein a chuté de 29 100, soit un deuxième recul d'importance en autant de mois.

Puisque 48 600 jeunes personnes ont trouvé du travail, on a tendance à présumer que plusieurs d'entre elles étaient des étudiants ayant déniché un emploi d'été — ce qui, d'une certaine façon, est une bonne nouvelle, même si ce n'est pas le cas pour les chômeurs de longue date au pays. En fait, l'emploi parmi les hommes âgés de 25 à 54 ans a reculé de 23 000.

Cette faiblesse s'est également reflétée au chapitre des heures travaillées en mai, en hausse de 1,1 pour cent, ce qui n'a pas été suffisant pour faire oublier le recul de 1,9 pour cent du mois d'avril.

En outre, la hausse de 1,4 pour cent des salaires, par rapport à mai 2013, a été la plus faible depuis trois ans, en plus d'avoir été inférieure à l'inflation.

«Il a été difficile de trouver quelque chose de positif, mis à part la belle manchette», a affirmé l'économiste Doug Porter, de la Banque de Montréal.

«Il s'agit probablement de l'un des exemples les plus évidents d'une manchette qui dit quelque chose, tandis que le reste de la nouvelle dit autre chose», a-t-il ajouté.

Les marchés n'ont pas été dupes. Le dollar a légèrement reculé à la suite de l'annonce faite par Statistique Canada, d'autant plus que les États-Unis ont fait état vendredi d'un gain de 217 000 emplois en mai.

La plus forte progression a été enregistrée en Alberta, où 16 000 postes ont été créés le mois dernier. Les autres provinces ont enregistré peu de variation en matière d'emploi.

Au Québec, l'emploi est demeuré inchangé, mais sa stabilité est attribuable au fait que la disparition de 26 700 emplois à temps plein a été contrebalancée par la création de 25 900 emplois à temps partiel. En outre, le nombre de personnes à la recherche de travail a augmenté, ce qui a entraîné une hausse de 0,4 point de pourcentage du taux de chômage, passé à huit pour cent.

L'emploi à Terre-Neuve-et-Labrador a diminué pour un deuxième mois consécutif, en baisse de 4100, de sorte que le taux de chômage a augmenté de 0,6 point de pourcentage pour atteindre 12,7 pour cent.

INOLTRE SU HUFFPOST

Emploi : 10 clefs pour rebondir