NOUVELLES

Inde: heurts dans le Temple d'Or sikh 30 ans après l'assaut de l'armée

06/06/2014 02:37 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

Des heurts ont éclaté vendredi dans le Temple d'Or d'Amritsar, dans le nord de l'Inde, entre groupes sikhs armés de sabres à l'occasion de la commémoration de l'assaut meurtrier donné par l'armée il y a 30 ans.

Au moins deux personnes ont été blessées dans ces échauffourées, déclenchées par une dispute entre groupes sikhs sur la prise de parole lors d'une cérémonie commémorative, au sein de ce lieu sacré du sikhisme, a indiqué un photographe de l'AFP.

Des centaines de sikhs s'étaient rassemblés pour rendre hommage aux victimes du raid de l'armée indienne qui fut lancé le 6 juin 1984 pour déloger des séparatistes sikhs armés installés dans le temple. L'assaut provoqua la mort d'au moins 400 personnes.

"Aujourd'hui nous étions censés rendre un hommage solennel aux martyrs de 1984, aussi ce qui s'est passé est très triste", a réagi un porte-parole de l'organisation sikhe radicale Shiromani Akali Dal et dont les partisans ont pris part aux heurts.

"Le Temple a une nouvelle fois été déshonoré aujourd'hui", a dit ce porte-parole, Prem Singh Chandumajra, à des journalistes.

Les heurts ont éclaté lorsque ce groupe radical a voulu prendre la parole au micro en premier, selon le photographe.

Des images de télévision montrent deux groupes de sikhs portant des turbans bleu et safran se pourchassant en brandissant des sabres dans les escaliers en marbre du lieu saint.

Selon la chaine de télévision NDTV, 12 personnes ont été blessées et le calme est revenu après l'envoi en renfort de forces de sécurité.

L'Opération Blue Star avait provoqué en 1984 la colère des sikhs et déclenché un cycle de violence. Quatre mois après ce raid de l'armée, la Première ministre Indira Gandhi était assassinée par ses gardes du corps sikhs, et les violences antisikhes qui s'en suivirent firent 3.000 morts, en particulier à New Delhi.

Jeudi, plusieurs groupes radicaux avaient organisé une "parade de souvenir du génocide" dans les rues d'Amritsar, reprenant des slogans en soutien aux "martyrs" de 1984.

En dépit de l'indignation provoquée par le raid de l'armée en 1984, les revendications en faveur d'un Etat sikh ont décliné avec les années. Le mouvement séparatiste reste essentiellement concentré dans certains cercles de la diaspora sikhe en Grande-Bretagne, au Canada et aux Etats-Unis.

Selon les analystes, la situation géopolitique sensible du Pendjab, région d'implantation des sikhs limitrophe du Cachemire et du Pakistan, rend toute indépendance impossible.

str-co/ef/jh

PLUS:hp