NOUVELLES

Le Kosovo, l'un des pays les plus pauvres d'Europe

05/06/2014 12:45 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

Le Kosovo, ex-province serbe où se déroulent dimanche des élections législatives anticipées, est un pays enclavé du sud-ouest des Balkans, et l'un des plus pauvres d'Europe.

Les dirigeants de la population albanaise, largement majoritaire, ont proclamé l'indépendance le 17 février 2008. Une indépendance reconnue à ce jour par plus de 100 pays dont les États-Unis et la plupart des pays membres de l'Union européenne. La Serbie, soutenue par la Russie, ne reconnaît pas cette indépendance.

Sous la houlette de l'Union européenne, Pristina et Belgrade ont conclu en avril 2013 un accord historique visant à la normalisation de leurs relations, ce qui a permis à la Serbie d'ouvrir en janvier 2014 les négociations d'adhésion au bloc des 28.

SUPERFICIE : 10.877 km2

POPULATION : environ 1,8 million d'habitants, dont plus de 90% d'Albanais à 90% musulmans. Le nombre des Serbes du Kosovo, de confession chrétienne orthodoxe, est évalué à 120.000. Un tiers réside dans le nord du pays, limitrophe de la Serbie, les autres vivent dans des enclaves dispersées sur le reste du territoire.

Depuis 1999, plus de 200.000 non Albanais (Serbes, Roms, etc.) ont quitté le Kosovo.

CAPITALE : Pristina.

LANGUES : albanais, serbe

HISTOIRE/SITUATION POLITIQUE : le Kosovo est considéré par les Serbes comme le berceau de leur histoire. Le siège de l'Église orthodoxe serbe est à Pec (ouest).

Il a été le théâtre en 1389 de la défaite des Serbes à la bataille du Champ des merles (Kosovo Polje), qui a ouvert la voie à cinq siècles de domination ottomane sur les Balkans.

Province autonome au sein de la République de Serbie avec la Constitution yougoslave de 1974 (sous Tito), ce statut est supprimé en 1989 par Slobodan Milosevic, alors président de la Serbie. Les institutions politiques provinciales sont dissoutes en 1990.

En octobre 1991, le Kosovo proclame, par référendum, son indépendance. En 1992, les Albanais élisent un "Parlement" et un "président", Ibrahim Rugova.

A partir de 1997, une Armée de Libération (UCK) lutte contre l'armée et la police serbes. La répression orchestrée par les forces de Milosevic fait des milliers de morts et provoque l'exode de plus d'un million d'Albanais kosovars.

En mars 1999, l'Otan déclenche des bombardements aériens contre la Serbie, contraignant Milosevic à retirer ses forces du Kosovo. Belgrade perd alors le contrôle effectif de la province, placée sous la protection des Nations unies (MINUK) et de l'Otan (KFOR). L'indépendance est proclamée le 17 février 2008.

INSTITUTIONS : démocratie parlementaire. Le chef de l'État, élu par le Parlement, est, depuis 2011, Mme Atifete Jahjaga, ancien général de police. L'homme fort du Kosovo est Hashim Thaci, Premier ministre depuis janvier 2007, ancien leader de l'UCK.

ECONOMIE : sous-sol riche en minerais (plomb, zinc, argent, chrome, fer, nickel) et en énergie fossile. Selon la Banque mondiale, le produit intérieur brut (PIB) s'établissait en 2013 à 5,242 milliards d'euros et le revenu national brut (RNB) par habitant à 2.874 euros.

L'économie reste dépendante de prêts internationaux et de la diaspora, installée principalement en Europe occidentale.

Le Kosovo est membre depuis 2009 du Fonds monétaire international (FMI). Sa croissance économique est estimée, selon le FMI à plus de 2,5% en 2013 et est projetée à 4% pour 2014.

MONNAIE : euro

SITES WEB :

www.assembly-kosova.org - Parlement

www.president-ksgov.net - Président

http://www.rks-gov.net - Gouvernement

doc-bur/mat/cn/jr

PLUS:hp