VIDEO

Fusillade à Moncton : trois policiers abattus, le suspect Justin Bourque recherché activement (PHOTOS/VIDÉO)

04/06/2014 09:05 EDT | Actualisé 05/06/2014 01:05 EDT

Une importante opération policière est en cours, à Moncton, pour tenter de mettre la main sur le suspect de la fusillade.

Les policiers ont encerclé une demeure sur le chemin Mountain.

Le suspect a été aperçu à trois reprises depuis le début de la journée, mais les policiers n'ont pas réussi à lui mettre la main dessus. Le quartier Pinehurst est toujours en état de siège depuis l'assassinat de trois policiers de la GRC, mercredi soir, par un tireur lourdement armé.

Justin Bourque, 24 ans, se trouvait ce matin près des rues Mountain et Gorge, dans le nord de la ville.

Les citoyens de Moncton sont toujours consignés dans leur résidence par les forces policières qui recherchent activement le suspect.

L'identité des victimes n'a pas été dévoilée, parce que les familles n'ont pas toutes été rencontrées. La GRC confirme toutefois qu'un des policiers décédés étaient un père de trois enfants.

Les deux policiers blessés dans la fusillade ont dû subir une opération, mais on ne craint pas pour leur vie.

Un large périmètre policier a été établi dans le secteur Pinehurst, où de nombreux barrages routiers ont été établis pour retrouver Justin Bourque, 24 ans, principal suspect dans cette affaire.

(Le texte se poursuit plus bas)

Fusillade à Moncton (4-5 juin 2014)

Opération en cours

Toute la nuit, un avion et des hélicoptères ont quadrillé le coin pour tenter de localiser le suspect considéré comme armé et dangereux.Tôt ce matin, un camion blindé est arrivé sur les lieux.

Au cours d'une conférence de presse que la GRC a tenu mercredi, peu avant minuit (heure de l'est), le porte-parole Damien Thériault a précisé que les policiers avaient été tués vers 19h30, au moment où ils se rendaient sur les lieux des premiers coups de feu rapportés par des citoyens.

Très ému, le policier Damien Thériault s'est adressé brièvement à la presse pour assurer que la police allait tout faire pour assurer la sécurité du public, malgré leur deuil.Il a affirmé que les policiers étaient des professionnels et feraient leur travail.

« Nous recherchons toujours le tireur. On croit qu'il se trouve toujours dans la région de Pinehurst » a-t-il expliqué, exhortant les résidents de ce secteur de rester enfermés chez eux.

Le maire de Moncton, George LeBlanc, était sur place et a aussi offert ses condoléances aux familles.

L'Hôpital de Moncton a aussi tenu un point de presse pour confirmer que les victimes étaient dans un état stable, et se trouvaient à l'urgence.

Les deux hôpitaux de Moncton, soit le Centre hospitalier universitaire Georges-L.-Dumont et l'Hôpital de Moncton, qui a reçu les victimes, ont déclenché le code orange au cours de la soirée, demandant aux employés de se tenir prêts, parce que plusieurs blessés graves pouvaient arriver dans un laps de temps très court. L'alerte n'est plus en vigueur, mais les hôpitaux indiquent être toujours sur un pied d'alerte.Les deux hôpitaux sont sous haute surveillance, et l'accès est très limité.

Fermetures préventives

Les écoles des districts scolaires francophones et anglophones sont fermées. Les autorités scolaires conseillent aux parents de demeurer vigilants devant les besoins de réconfort que certains enfants pourraient manifester.

Elles précisent qu'un soutien psychologique sera offert aux élèves qui en ressentiront le besoin dès le retour en classe.

Le campus de l'Université de Moncton est fermé jusqu'à midi.Les collèges communautaires du Nouveau-Brunswick, campus de Moncton et Dieppe, sont fermés.

Les bureaux de la ville de Dieppe, des gouvernements provincial et fédéral, de même que plusieurs commerces à Moncton, ainsi que la place Champlain à Dieppe sont fermés, certains jusqu'à midi.

La GRC, qui recherche activement le suspect, Justin Bourque, demande à quiconque dispose d'informations d'appeler le 9-1-1. Elle implore toutefois la population de ne pas divulguer sur les médias sociaux où se trouvent les effectifs policiers.

La police recommande aux gens qui se trouvent dans les rues près du Colisée, près du lotissement de Pinehurst, de rester à l'intérieur de leur domicile, de verrouiller les portes et de laisser les lumières extérieures allumées. Elle recommande également aux automobilistes d'éviter le secteur. Le service d'autobus, dans ce quartier, a d'ailleurs été interrompu plus tôt. 

Cette fusillade n'est pas sans rappeler une autre tragédie qui a touché la Gendarmerie royale du Canada, en mars 2005, à Mayerthorpe, en Alberta. Quatre agents, Brock Myrol, Leo Johnston, Peter Schiemann et Anthony Gordon, avaient alors été abattus par James Roszko lors d'une intervention policière à la ferme de ce dernier. Le meurtrier s'était ensuite enlevé la vie.

Des citoyens très ébranlés

Des citoyens du secteur de Pinehurst ont été terrifiés d'entendre des coups de feu à proximité de leur domicile. La plupart ignoraient ce qui se passait exactement lorsqu'ils ont entendu les détonations.

Un témoin de la scène, Danny Leblanc, a raconté avoir vu le tireur de loin. Celui-ci se tenait debout au milieu de la rue, son arme pointée vers les autos de police. M. Leblanc a cru qu'il s'agissait d'un officier de la GRC lorsqu'il a entendu le son d'une arme automatique provenir de l'endroit où se tenait l'homme.

Will Njoku mettait ses enfants au lit lorsqu'il a entendu les tirs. Peu de temps après, les sirènes de police ont retenti. 

« Nous sommes effrayés, c'est sûr. Nous étions plus effrayés pour nos voisins. Le tireur est passé sur leur terrain. » 

La police a d'ailleurs recommandé à certaines familles de se barricader dans leur sous-sol, pour plus de sécurité. 

Vanessa Bernatchez, une résidente du quartier, a eu une grosse frayeur lorsqu'elle a aperçu le tireur devant chez elle. Elle a tourné cette vidéo, où on peut entendre des coups de feu : 

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques réactions à la fusillade de Moncton