NOUVELLES

Climat : Paris sera différent de Copenhague car "les pays sont infiniment plus préparés", selon Tubiana

05/06/2014 12:15 EDT | Actualisé 05/08/2014 05:12 EDT

La conférence sur le climat prévue pour fin 2015 à Paris afin de conclure un accord mondial contre le réchauffement sera différente du rendez-vous manqué de Copenhague, en 2009, car les pays sont "infiniment plus préparés", a estimé jeudi à Bonn la représentante de la France Laurence Tubiana.

"La plupart des grands pays émetteurs testent des marchés carbone, regardent les mesures d'efficacité énergétique, ont fait des plans pour les (énergies) renouvelables", a souligné celle qui cumule depuis cette semaine les fonctions de représentante spéciale du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en vue de préparer la conférence internationale de Paris et d'ambassadrice française pour le climat.

"La question (du climat) est devenue une question de politique un peu plus quotidienne, et ça change tout!", a-t-elle indiqué à l'AFP en marge d'une session de négociations sur le climat sous l'égide de l'ONU.

"Par rapport à Copenhague, les pays sont infiniment plus préparés", a jugé celle qui avait été très impliquée dans les négociations en 2009 au sein de la délégation française.

Au Danemark, en dépit d'une mobilisation des plus grands chefs d'Etat, aucun texte n'avait pu être officiellement adopté. Un fiasco qui a durablement plombé ce complexe processus de négociations.

Désignée à la mi-mai représentante de Laurent Fabius, Mme Tubiana a aussi été nommée ambassadrice en remplacement de Jacques Lapouge, en vertu d'un décret paru jeudi au Journal officiel. En l'absence de ministres français, elle représentait officiellement la France jeudi et vendredi à Bonn, où une quarantaine de ministres étaient présents selon un porte-parole de l'ONU.

Les 195 pays négociant sous l'égide de l'ONU ont pris rendez-vous pour conclure fin 2015 un accord contraignant de limitation des émissions de gaz à effet de serre applicable dans tous les pays à partir de 2020. De nombreux différends restent à aplanir sur la nature et le degré de contrainte des objectifs de réduction que prendront les Etats.

Pour éviter à Paris de réitérer les erreurs faites à Copenhague, Mme Tubiana a également insisté sur l'importance d'une "préparation très ouverte" incluant au maximum l'ensemble des quelque 195 pays impliqués dans ce processus dont l'objectif est de contenir le réchauffement à 2°C quand les émissions actuelles de gaz à effet de serre emmènent la planète vers une hausse de 4°C environ.

alu/dab/bds

PLUS:hp