NOUVELLES

Canada: trois policiers abattus, chasse à l'homme contre le tueur présumé

05/06/2014 03:23 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

D'importantes forces de police livraient une chasse à l'homme dans la nuit de mercredi à jeudi à Moncton, principale ville de la province canadienne du Nouveau-Brunswick (est), où un homme a abattu en pleine rue trois policiers et en a blessé deux autres.

Vêtu d'une veste et d'un pantalon treillis, un sac à dos kaki sur les épaules, le suspect est de bonne stature, les cheveux mi-longs de couleur claire retenus par un bandeau, et une barbe naissante.

La police s'appuie dans sa chasse à l'homme sur un cliché pris par un photographe du journal local de Moncton, le Times & Transcript, au cours de l'équipée mortelle du tueur présumé.

Justin Bourque, tel qu'il a été identifié par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), est un homme de 24 ans. Sur la photo, il tient un fusil mitrailleur, et porte un autre fusil attaché dans le dos.

C'est avec ces armes qu'il a fait face aux forces de l'ordre en pleine rue à Moncton, mercredi vers 19H30 locales (jeudi 01H30 GMT), avant de faire feu et de tuer trois policiers et d'en blesser deux autres.

Le pronostic vital des deux policiers blessés n'est pas engagé. "Ils sont dans un état stable", a déclaré lors d'une conférence de presse le Dr Dhany Charest, neurochirurgien à l'hôpital de cette ville de 70.000 habitants.

Sur ce qui pourrait être sa page Facebook, Justin Bourque aurait posté juste avant l'heure de la tuerie les extraits du titre de la chanson "Hook in mouse" du groupe de rock metal américain Megadeth. Le refrain décline chaque lettre du mot "Liberté" sur des phrases de haine et de rejet pour terminer sur : "cela s'épelle liberté, cela ne signifie rien pour moi".

Les circonstances exactes de cette tuerie sont inconnues. Les médias locaux rapportaient que le jeune homme aurait abattu de sang-froid les policiers dans un quartier résidentiel de la ville.

"Nous voulons faire aboutir aussi vite que possible et en toute sécurité pour chacun" cette chasse à l'homme, a indiqué Damien Theriault, officier porte-parole de la GRC, sans vouloir donner de précisions sur la fusillade.

- 'Restez à l'intérieur. Verrouillez vos portes' -

Dans la nuit, la traque se déroulait au nord-est de la ville. Selon les images des télévisions, des policiers l'arme au poing, à l'abri des voitures de patrouille, encerclaient un secteur boisé où le suspect se serait réfugié.

Pour éviter d'autres victimes, la police a demandé aux habitants de ne pas sortir et de se barricader. "Restez à l'intérieur. Verrouillez vos portes", a conseillé la police fédérale en demandant aux automobilistes de rester à l'écart de la zone de la traque.

Le maire de Moncton, George Leblanc, a demandé "à tous les résidents de respecter les avertissements" de la police qui travaille "dans des conditions extrêmement difficiles".

M. Leblanc a recommandé aux personnes qui n'étaient pas en mesure de rentrer chez elles d'aller chez des amis ou dans leur famille et d'y "rester jusqu'à avis contraire".

"J'exprime mes plus sincères condoléances aux familles des policiers décédés, ainsi qu'à leurs collègues. Leur courage, et leurs actions ce soir, resteront gravés dans nos mémoires", a-t-il ajouté.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique Steven Blaney s'est déclaré "ébranlé par la tragédie de Moncton" tandis que le Premier ministre de la province David Alward se disait "choqué et attristé".

Les services de santé de la province avaient fait part dans un premier temps d'une troisième personne blessée dans cette fusillade avant de préciser qu'il s'agissait d'un accident isolé.

jl/mbr/pt

PLUS:hp