NOUVELLES

L'Indonésie va expulser 20 enseignants étrangers après un scandale d'abus sexuel

04/06/2014 07:39 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

L'Indonésie a annoncé mercredi l'expulsion prochaine de 20 enseignants étrangers d'une prestigieuse école de l'archipel en raison d'infractions liées à l'immigration, après un scandale provoqué par les affirmations d'un enfant s'étant plaint d'abus sexuels commis par du personnel d'entretien.

Ces enseignants de l'école internationale de Jakarta sont originaires de différents pays, parmi lesquels les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie, a déclaré à l'AFP un responsable des services de l'immigration, Maryoto Sumadi.

"Sur les 26 enseignants sur lesquels nous avons enquêté, 20 ont commis des infractions liés à l'immigration et seront expulsés" d'Indonésie, a-t-il ajouté, soulignant que ces personnes effectuaient un travail différent de celui qu'elles avaient déclaré.

Cette décision intervient après un scandale provoqué en avril par des affirmations d'abus sexuels commis par des membres du personnel de nettoyage sur un enfant de six ans dans les toilettes de l'école, un établissement prisé par les expatriés vivant dans la capitale ainsi que par des Indonésiens fortunés.

Le scandale avait pris de l'ampleur lorsqu'un deuxième enfant s'est plaint d'avoir été victime d'abus. Il est ensuite apparu qu'un enseignant américain employé dans cette école faisait l'objet d'une enquête du FBI pour des faits de pédophilie.

Cette affaire a provoqué une grande colère parmi la population indonésienne et un débat dans les médias sur la fréquence élevée des abus sexuels dans les écoles du pays.

Onze enseignants vont être expulsés vendredi et les autres par la suite, a précisé M. Sumadi.

"Ils ont utilisé de façon abusive leur permis de résidence en déclarant une profession différente de celle de leur travail à l'école", a-t-il dit.

Les enseignants appelés à être expulsés sont neuf Américains, deux Australiens, deux Canadiens, un Néo-Zélandais, un Singapourien, un Taïwanais, un Britannique, un Sud-Africain, un Indien et un Turc.

L'un des enseignants faisant l'objet d'une enquête pour infraction aux règles de l'immigration a été innocenté, tandis que cinq autres font toujours l'objet d'investigations, a ajouté M. Sumadi.

Les autorités ont ordonné la fermeture de la garderie de l'école, où les abus auraient été commis, et la police a interpellé plusieurs membres du personnel d'entretien employés par une société extérieure.

L'école a renforcé les mesures de sécurité et promis de coopérer avec les enquêteurs chargés de l'affaire.

aa/sr/jta/bfi/jh

PLUS:hp