NOUVELLES

Le château de Bénouville, haut lieu de la résistance normande

04/06/2014 10:03 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

Le déjeuner des chefs d'Etat vendredi à l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement allié se déroulera au château de Bénouville, qui cachait une plaque tournante de la Résistance en Normandie lors de la Seconde Guerre mondiale.

Construit entre 1765 et 1785, le château néoclassique, situé tout près des plages du Débarquement, compte pas moins de 26 chambres, en plus des appartements des propriétaires. Il est surtout réputé pour son escalier monumental.

Le château est devenu en 1927 la propriété du conseil général du Calvados qui y a installé une école maternelle et une maternité. Lieu d'accueil pour les mères en difficulté et les orphelins, la demeure, tenue alors par des religieuses, va devenir un point clé de la Résistance sous l'impulsion de sa directrice, Léa Vion, nommée en 1935.

Dès 1940, celle qui sera surnommée "la Comtesse" va s'engager dans la Résistance et transmettre des informations sur les troupes allemandes aux Alliés.

Le château, sous couvert de maternité, va accueillir des prisonniers français évadés et des aviateurs alliés, abriter un poste émetteur radio pour le maquis local et servir de point de transit pour les armes, les fugitifs ou encore la fabrication de fausses cartes d'identité.

Et ce, tout en étant épargné par les bombardements grâce à la croix rouge sur le toit qui signale la maternité.

Le parc très arboré, les caves, tout est mis à profit pour cette activité de l'ombre dont les allées et venues sont noyées dans l'activité de la maternité, avec la complicité du personnel du château.

Miraculeusement, le 6 juin 1944, le château ne sera pas endommagé alors qu'il ne se trouve qu'à 7 km de Sword Beach, où ont débarqué les troupes britanniques, et autant de Caen, qui sera presqu'entièrement rasée pendant la bataille de Normandie.

Pendant toute la durée de la guerre, il n'aura jamais été occupé, ni par les Allemands, ni par les Alliés. Léa Vion deviendra maire de Bénouville de 1947 à 1953.

Restauré en 1985, le château a accueilli en 1987 un sommet franco-britannique entre le président François Mitterrand, et le Premier ministre Margaret Thatcher.

Le lieu est aussi régulièrement ouvert au public à l'occasion d'expositions temporaires et abrite l'Institut européen des jardins et paysages.

C'est ici que déjeuneront les 20 chefs d'Etat et de gouvernement et leurs conjoints ainsi que des anciens combattants, un par pays allié ayant participé au Débarquement. Pour ce repas, cinq chefs étoilés normands seront aux fourneaux.

gvy/bar/mcl/kat/lv

PLUS:hp