DIVERTISSEMENT

«Image X Image», la grande expo sur le cinéma d'animation

04/06/2014 01:45 EDT | Actualisé 04/06/2014 01:47 EDT
Ismaël Houdassine

En collaboration avec l’ONF, le Musée de la civilisation à Québec propose dès aujourd’hui une exposition passionnante sur l’univers des films d’animation. Le public est invité jusqu’au 15 août 2015 à venir découvrir les techniques et les secrets d’un monde foisonnant. Le Huffington Post Québec était invité mardi pour une visite des lieux.

Depuis ses débuts en 1939, l’ONF fait rêver le monde sur pellicule. L’exposition vient rappeler l’apport crucial de l’institution pour le cinéma canadien. «On se dévoile au grand jour, a déclaré en entrevue Julie Roy, productrice exécutive du studio d’animation français de l’ONF. L’événement offre l’opportunité d’avoir accès aux coulisses. Notre objectif a été celui de recréer l’émerveillement qui existe à l'intérieur des murs de l’institution.»

L’exposition – une première de cette envergure pour le cinéma d’animation – est le fruit d’un projet monté en deux ans par Monique Simard, ancienne directrice du programme français de l’ONF, et Michel Côté, directeur général des Musées de la civilisation.

Ce dernier a expliqué qu’il était temps de rendre hommage au travail de l’ONF qui fête ses 75 ans d’existence. «Par ses nombreuses récompenses et son rayonnement à travers le monde, l’institution a mis le Québec et le Canada dans l’histoire du 7e art», a-t-il dit.

Image X Image est constitué d’une sélection phare de 250 films ou d’extraits de films issus des archives de l’ONF qui en compte 1800 disponibles sur son site Internet. Hier, à la veille de son inauguration, l’exposition grouillait encore de techniciens s’affairant sur les derniers détails. L’ensemble prend vie dans une multitude d’atmosphères bien ficelées et divisées en cinq sections: social, musical, humour, expérimental et imaginaire.

On est frappé par la quantité des objets – plus de 150 – qui nous accompagne tout au long d’un parcours aléatoire. Certains d’entre eux sont d’ailleurs uniques. La chaise de Il était une chaise de Norman McLaren et Claude Jutra (1957), la figurine de Felix le chat (1920), une maquette du Château de sable de Co Hoedeman (1977), autant d’artefacts rares et merveilleux qui s’offrent à nos yeux.

Des dessins originaux de L’homme qui plantait des arbres du regretté Frédéric Back sont également exposés. Même si l’artiste n’a jamais œuvré pour l’ONF, on sent ici les influences qui n’ont pas de frontière. Signalons la salles de projection qui présente en continu les sept courts-métrages d'animation lauréats d'un Oscar. L'occasion de voir ou de revoir les perles que sont le magnifique Ryan de Chris Landreth, le poignant Le château de sable de Co Hoedeman et le très nostalgique Le poète danois de Torill Kove.

Apprendre à fabriquer son film d’animation

Comment se crée un film d’animation? L’expo y répond de la plus belle manière en invitant le public dans un voyage dans le temps où l’artiste et l’artisan se confondent. Le volet sur le son est un enchantement. Les curieux apprendront comment les cinéastes ont su jouer d’ingéniosité pour reproduire des sonorités qu’ils ont utilisées dans leurs œuvres, par exemple la boite à vents ou la machine à pas. «À la différence des fictions traditionnelles, le son doit toujours être inventé», explique Julie Roy.

Et puis, pour permettre au public d'être au plus près de la création, des réalisateurs de l’ONF seront présents dans l’exposition. Ils se relaieront à tour de rôle pour venir s’installer dans un véritable studio de verre situé en plein centre, sorte d’aquarium d'où il sera possible de les voir à l’œuvre. Les noms se succéderont, tels Theodore Ushev, Patrick Bouchard, Janet Pearlman, Sylvie Trouvé et Dale Hayward.

Le cinéaste Francis Desharnais sera le premier à se prêter à l’exercice. «Je vais passer mes journées au musée pendant trois semaines, a-t-il expliqué. Je vais travailler sur papier avec de l’encre en occupant l’espace comme dans un vrai studio, mais les gens vont pouvoir venir me parler. Le but, c’est de leur expliquer en quoi consiste mon travail.»

L’exposition possède aussi son laboratoire dans lequel chacun pourra créer son propre film d’animation. Des caméras, des écrans tactiles, des décors en miniature avec des petites figurines y sont déjà installés permettant la réalisation d’œuvres image par image. Les résultats, chef-d'œuvre ou pas, pourront être mis en ligne sur YouTube.

Pour plus d'information, visitez le site du Musée de la civilisation: www.mcq.org.

INOLTRE SU HUFFPOST

Nos 10 superproductions de l'été