POLITIQUE

Budget libéral : que restera-t-il des promesses?

04/06/2014 07:57 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

À peine élu, Philippe Couillard annonçait aux Québécois que des décisions difficiles restaient à prendre pour rétablir une fois pour toutes l'équilibre budgétaire au Québec. Pour y parvenir, son gouvernement mise sur une révision en profondeur de l'appareil d'État, assortie d'un coup de fouet pour stimuler l'économie. Mais cela suffira-t-il à éponger le déficit plus élevé que prévu?

Un texte de Stéphane Bordeleau Twitter Courriel

Refusant catégoriquement de parler d'austérité, Philippe Couillard parle plutôt de « rigueur » pour qualifier le nouveau régime minceur qu'il s'apprête à imposer aux dépenses de l'État.

Rappelant que les finances du Québec souffrent d'un déficit structurel, c'est-à-dire de dépenses plus élevées que les revenus perçus par l'État, le gouvernement Couillard entend s'attaquer de front à ce problème.

Pour venir à bout des déficits récurrents qui plombent les finances du Québec, le gouvernement libéral entend cette fois forcer l'appareil d'État à vivre selon ses moyens, tout en stimulant l'économie d'une autre main pour générer de la croissance. Une croissance qui, selon les libéraux, devrait au bout du compte permettre d'atténuer l'ampleur des compressions dans les dépenses publiques.

Et ce tour de force, les libéraux comptent le réaliser sans augmenter ni les taxes ni les impôts.

Examen en profondeur de l'appareil d'État

Pour y parvenir, le gouvernement Couillard prévoit d'abord évaluer et revoir en profondeur les budgets de chaque ministère, chaque subvention et chaque projet financé par l'État.

Aucun ministère ne sera épargné par cette révision, a promis Philippe Couillard, notamment ceux qui coûtent le plus cher aux contribuables, soit la Santé et l'Éducation.

Mais les gains d'efficience que veulent arracher les libéraux au système public, déjà très sollicité, suffiront-ils à trouver les milliards manquants cette année et, surtout, à contenir la croissance des dépenses qui aurait franchi les 6 % au dernier exercice, selon le vérificateur général par intérim, Michel Samson.

Par ailleurs, comment trouver année après année une telle somme dans l'appareil public sans affecter la qualité et l'accessibilité aux services sociaux? Ce sera au ministre des Finances Carlos Leitao de l'expliquer cet après-midi.

Selon plusieurs experts, un retour à l'équilibre budgétaire dès 2015-2016, comme le promet le gouvernement Couillard, nécessitera beaucoup plus qu'une révision annuelle des dépenses, c'est la structure même des dépenses de l'État et sa fiscalité qui devront être revus. Un défi que beaucoup de gouvernements avant celui-ci ont évoqué, mais qu'aucun n'a jamais osé relever. Qu'en sera-t-il cette fois-ci?

Tarification et services

Parmi les secteurs et services qui devraient être affectés par les premières mesures budgétaires de Carlos Leitao, les tarifs des garderies subventionnées sont en première ligne.

Ayant rejeté l'augmentation de 7 $ à 9 $ par jour par enfant proposée par les péquistes avant lui, le gouvernement Couillard pourrait envisager deux scénarios, soit une hausse généralisée des tarifs, indexée au coût de la vie, ou encore un nouveau système de tarification en fonction du revenu des familles.

L'augmentation des taxes sur certains produits, notamment le tabac, pourrait aussi être une option envisagée par le ministre des Finances.

Employés de l'État

En ce qui a trait au coût que représente la fonction publique, si Philippe Couillard a d'ores et déjà écarté l'idée de rouvrir les conventions collectives pour y annuler des hausses salariales, il n'écarte pas cependant un gel de la masse salariale pour les années à venir.

Dans un plan de réduction des dépenses qu'il a présenté le 24 avril dernier, Philippe Couillard a décrété un gel d'embauche dans la fonction publique en plus de freiner l'octroi de subventions.

Les médecins, qui ont obtenu d'importantes augmentations salariales lors de leurs dernières négociations avec Québec, pourraient quant à eux voir leurs prochaines augmentations salariales reportées à plus tard. Ce qui permettra au gouvernement d'économiser cette année autour de 400 millions de dollars.

Vente d'actifs du gouvernement?

En ce qui a trait à la proposition de vendre des actifs d'Hydro-Québec ou de la Société des alcools du Québec pour équilibrer les finances publiques, Philippe Couillard a exclu cette avenue pour l'instant. Le budget du ministre Leitao ne devrait donc pas engager le gouvernement dans cette voie, pour le moment du moins.

Selon Philippe Couillard, une telle mesure devrait au préalable être débattue par les Québécois et étudiée par une future commission de révision des programmes gouvernementaux que son gouvernement compte créer à l'avenir.

INOLTRE SU HUFFPOST

12 promesses de Philippe Couillard