POLITIQUE

Budget Leitao : des réactions mitigées pour le premier budget du gouvernement Couillard

04/06/2014 06:13 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT
PC

MONTRÉAL - Optimisme réservé, préoccupations, inquiétudes et, chez certains, mécontentement, voilà autant de réactions qui ont été observées à la suite du dépôt du budget provincial, le premier du ministre des Finances Carlos Leitao depuis l'accession au pouvoir du Parti libéral du Québec, le 7 avril.

À la Fédération des Chambres de commerce, le budget déposé mercredi est le premier acte de la mise en oeuvre d'un exercice de rigueur qui, souhaite-t-elle, conduira la province vers l'atteinte de l'équilibre budgétaire et une relance soutenue de l'économie, a réagi la présidente directrice-générale Françoise Bertrand. Toutefois, elle estime que le contrôle des dépenses de programmes à 1,8 pour cent en 2014-2015, et à 0,7 pour cent en 2015-2016, représente un défi considérable, compte tenu de la croissance des dépenses des dix dernières années. De son côté, le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec s'est dit satisfait du budget et a salué le maintien de l'engagement du retour à l'équilibre budgétaire pour 2015-2016.

Manufacturiers et exportateurs du Québec dit entrevoir, avec le dépôt du budget Leitao, le début d'une solution pour sortir la province de son impasse budgétaire. Selon Audrey Azoulay, directrice Affaires publiques et relations gouvernementales de MEQ, le ministre des Finances a traité le déficit structurel en coupant dans les dépenses et a assorti son plan d'assainissement avec les mesures d'une vision économique qui reconnaît pleinement la priorité manufacturière.

De son côté, la Fédération québécoise des municipalités a souligné la présence de quelques initiatives notables, comme la relance des projets de minicentrales, mais aurait souhaité davantage de mesures structurantes afin de favoriser le développement des municipalités et des régions du Québec. La FQM se dit particulièrement inquiète du signal lancé quant au renouvellement de l'Entente Québec-municipalités qui devra respecter le cadre budgétaire gouvernemental. Son vice-président, Jacques Demers, a notamment fait remarquer que les municipalités se trouvent devant des responsabilités sans cesse croissantes et pour y faire face, elles devront pouvoir compter sur des moyens à la hauteur de la situation.

L'inquiétude était davantage perceptible dans le monde de l'éducation, en particulier du côté de la Fédération des commissions scolaires du Québec, où la présidente Josée Bouchard a estimé que les compressions annoncées mercredi, qui s'élèvent à plus de 150 millions $, ne pourront faire autrement que d'avoir un impact sur les services aux élèves. Mme Bouchard a aussi exprimé de vives inquiétudes quant à l'annonce d'un projet de loi pour encadrer le gel global des effectifs, dont celui des réseaux, et qui donnera au ministre le pouvoir de déterminer les plans d'effectifs.

Du côté de la santé, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec est d'avis que le budget Leitao sème l'incertitude pour le secteur de la santé, et la FMOQ espère que le gouvernement ne s'attaquera pas aux personnes qui donnent directement des soins à la population, a fait savoir le docteur Louis Godin, président de la Fédération, qui propose au gouvernement d'agir sur les plans administratifs et de la bureaucratie, s'il doit y avoir des coupes.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) s'inquiète vivement des compressions de 600 millions $ dans le réseau de la santé, ainsi que du gel global des effectifs, d'autant plus qu'une vague massive de travailleurs prendront leur retraite au cours des prochaines années, note Carolle Dubé, présidente de l'Alliance.

Le niveau de préoccupation et d'insatisfaction était par ailleurs particulièrement élevé parmi les groupes sociaux et communautaires, notamment chez les 3000 organismes communautaires du domaine de la santé et des services sociaux, qui considèrent que les groupes et les personnes vulnérables ne font pas partie des préoccupations du gouvernement du Parti libéral du Québec. La Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d'oeuvre se dit fortement préoccupée par le manque d'engagement gouvernemental supplémentaire en matière d'employabilité et formation de la main-d'oeuvre.

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté a dénoncé ce qu'il appelle «le projet de transformation de l'État prévue par le gouvernement du Québec». Selon son porte-parole, Serge Petitclerc, le gouvernement, en s'acharnant sur l'atteinte de l'équilibre budgétaire de l'État, se prive des retombées positives qu'entraînerait l'équilibre budgétaire des ménages.

Enfin, le FRAPRU est soulagé de voir que le gouvernement Couillard continue d'investir dans la construction de nouveaux logements sociaux, mais il considère que le budget Leitao échoue lamentablement en matière de redistribution de la richesse.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les points saillants du 1er budget Leitao