NOUVELLES

La Banque du Canada maintient son taux directeur à 1 pour cent

04/06/2014 10:15 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT
Getty

OTTAWA - Tel que prévu, la Banque du Canada a maintenu son taux cible du financement à un jour à un pour cent, mercredi, mais elle a dit voir d'un mauvais oeil les récentes tendances économiques, ce qui a fait chuter le dollar.

Les marchés s'attendaient à la décision prise par la banque centrale et à l'explication donnée par son gouverneur, Stephen Poloz, compte tenu du fait que les économies américaine et canadienne n'ont pas répondu aux attentes jusqu'à présent cette année. En prévision de l'annonce de mercredi, les marchés faisaient depuis deux jours reculer le huard par rapport à la devise américaine.

La huard a perdu davantage de plumes à la suite de l'annonce de la Banque du Canada, mercredi matin, ayant chuté de près d'un tiers de cent US, à 91,39 cents US. Il a finalement clôturé en baisse de 0,24 cent US, à 91,42 cents US.

Les observateurs soupçonnent depuis un bon moment que M. Poloz favorise un faible dollar comme une condition préalable à une reprise des exportations, qu'il juge essentielle à la prochaine phase de la reprise — une reprise qui serait autosuffisante et qui ne dépendrait plus des taux d'intérêt.

Doug Porter, économiste en chef de la Banque de Montréal, a indiqué que le communiqué publié par la Banque du Canada parallèlement à son annonce appuyait ce sentiment, même s'il considère que les préoccupations de la banque centrale au sujet de l'économie sont justifiées.

«Je crois que tout ce qu'ils ont dit est parfaitement légitime, et contentons-nous de dire que le banque n'est pas du tout mécontente de la façon dont la devise a réagi aujourd'hui», a affirmé M. Porter.

«Ils continuent de se réjouir en douce d'une devise plus faible, et ils l'ont en quelque sorte dit sans le dire dans leur déclaration d'aujourd'hui», a-t-il ajouté.

La Banque du Canada a employé un ton résolument sombre dans son communiqué, soulignant la mauvaise performance de l'économie mondiale dans son ensemble au premier trimestre, et en particulier celle de l'économie américaine. Qui plus est, la banque la lancé une mise en garde contre les risques de glissade ultérieure.

«L'expansion de l'économie mondiale au premier trimestre de 2014 a été plus faible qu'escompté (...) et l'évolution récente donne un peu plus de poids aux risques à la baisse», a-t-elle écrit.

«L'économie américaine rebondit après avoir marqué une pause au premier trimestre, mais il se pourrait que le dynamisme sous-jacent soit un peu moins prononcé que prévu auparavant», a ajouté la banque.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 pays les plus endettés au monde