NOUVELLES

Appel des agences de l'ONU pour les réfugiés de Centrafrique au Cameroun

04/06/2014 01:54 EDT | Actualisé 04/08/2014 05:12 EDT

Deux agences des Nations Unies ont lancé mercredi à Rome un appel conjoint pour une aide d'urgence aux réfugiés de Centrafrique arrivant en grand nombre au Cameroun, démunis de tout et souffrant de la faim.

Plus de 2.000 Centrafricains passent chaque semaine la frontière pour rejoindre le Cameroun, dont beaucoup sont blessés à la suite d'affrontements intercommunautaires ou souffrent de la faim pour avoir cheminé en se cachant dans la brousse pendant des semaines, ont expliqué les dirigeants du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et du Programme alimentaire mondial (PAM).

"Les gens arrivent dans des circonstances absolument tragiques. Tout cela dans un contexte où, face à l'oubli de cette crise, l'appui aux organisations humanitaires est réduit", a expliqué à l'AFP le Haut commissaire aux réfugiés, Antonio Gutteres.

"Les appels qu'on a lancés ont été financés à peu près à 10%", a-t-il constaté, relevant que "la crise en Centrafrique n'est pas une chose isolée, qu'il y a un risque effectif de contamination régionale".

La directrice exécutive du PAM, Ertharin Cousin, a souligné que ce nouvel afflux de réfugiés porte à quatre le nombre des urgences humanitaires que son agence doit traiter en même temps: Syrie, Soudan du Sud, Centrafrique et Cameroun.

"Notre incapacité à fournir de l'assistance là où les gens en ont besoin du fait de manques de ressources, d'un accès impossible, force davantage de personnes à partir dans les pays frontaliers", a-t-elle remarqué.

Depuis décembre, quelque 90.000 réfugiés sont passés de Centrafrique au Cameroun, dont la frontière commune s'étend sur 700 km.

Le PAM a fourni des rations de nourriture pour 44.700 réfugiés depuis mai et intensifie ses opérations.

Selon Mme Cousin, "nous allons atteindre le chiffre de la moitié de la population" de Centrafrique qui a besoin d'assistance, et "cela ne fera qu'empirer si nous n'atteignons pas les populations dans le besoin".

Denise Brown, coordinatrice des opérations d'urgence du PAM au Cameroun et en Centrafrique, a exprimé sa "préoccupation extrême" sur la malnutrition des enfants réfugiés.

Environ un tiers des enfants sont en danger de mourir de faim, a souligné Mme Brown.

Le PAM a reçu 83 millions de dollars de dons, sur un objectif total de 160 millions fixé en décembre dernier. Mais le montant nécessaire, a-t-elle dit, devrait augmenter très vite à mesure que la situation va continuer de se détériorer.

dt-mhm/jlv/jeb/mba

PLUS:hp