NOUVELLES

RDC: les envoyés spéciaux internationaux pour un calendrier électoral "global"

03/06/2014 09:28 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

Les envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs de l'ONU, de l'Union Africaine, de l'Union européenne et des Etats-Unis ont plaidé mardi pour la publication d'un calendrier "global" de scrutins prévus en République démocratique du Congo d'ici à la présidentielle de 2016.

Les envoyés spéciaux et le chef de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), Martin Kobler, se sont dit déterminés à "soutenir le gouvernement dans l'intention d'avoir des élections ouvertes et bonnes pour le pays", a déclaré Mary Robinson, envoyée spéciale de l'ONU.

"On a déjà le calendrier pour les élections locales, nous voulons vraiment avoir un calendrier global pour les élections jusqu'au mois de décembre 2016", a-t-elle souligné, s'exprimant au cours d'une conférence de presse avec les trois autres envoyés spéciaux et M. Kobler.

Il faut que "nous voyions très clairement comment les différentes élections, locales, provinciales, législatives et présidentielle seront engagées, et comme ça nous, en tant que partenaire, on peut travailler ensemble avec la Céni", a insisté Koen Vervaeke, de l'Union européenne.

Les envoyés spéciaux ont rencontré le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), l'abbé Apollinaire Malu-Malu, afin d'apporter leur "soutien en expertise" et leur "soutien financier" à cette institution, a précisé M. Vervaek.

Arrivés lundi à Kinshasa pour évaluer le rétablissement de la paix dans dans la région des Grands Lacs, ils ont par ailleurs rencontré le président Kabila, des ministres, des opposants, la société civile. L'entretien avec le chef de l'Etat a duré environ deux heures.

"Il a réitéré ses remarques concernant certains diplomates", à qui il a dit qu'ils "ne peuvent pas s'ingérer dans les questions domestiques", et notamment faire pression sur la Céni, "indépendante", pour qu'elle "modifie son calendrier", a précisé à l'AFP le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

Les législatives et présidentielle de 2011 ont été critiquées par des observateurs locaux et étrangers, qui ont relevé de multiples irrégularités. Pour Russell Feingold, des Etats-Unis, l'échéance de 2016 est l'occasion de tourner la page.

"Le monde entier veut savoir: est-ce que Kabila va aller de l'avant avec la démocratie pour que les gens se sentent rassurés d'investir ou va faire le chemin inverse?", a-t-il interrogé.

Fin mai, la Céni avait annoncé un retard dans l'organisation d'élections à l'échelle municipale, communale et locale, qui auront lieu en trois temps: les 14 juin, 29 août et 15 octobre 2015.

Des opposants accusent l'abbé Malu-Malu de comploter pour que le président Kabila, qui ne peut pas briguer un troisième mandat d'affilée selon la constitution, reste au pouvoir au-delà de 2016. Le chef de la Céni a démenti.

hab/mf

PLUS:hp