NOUVELLES

Moustafa Djemilev, le leader des Tatars de Crimée, reçoit le prix Solidarité

03/06/2014 01:55 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

Le chef historique des Tatars de Crimée, Moustafa Djemilev, s'est vu remettre mardi le Prix Solidarité crée par la Pologne, au cours d'une cérémonie au château royal de Varsovie, en présence de plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président élu ukrainien, Petro Porochenko.

"Nous vous remercions pour votre beau combat, pacifique et sage. Il n'a pas encore apporté la victoire, donc tout en vous remerciant, nous vous demandons de continuer à lutter!", a déclaré Lech Walesa, le chef historique du syndicat polonais Solidarité et président du jury du Prix.

M. Djemilev, 70 ans, l'a remercié pour cette "expression de solidarité à l'égard de l'ensemble de la nation qui lutte pour ses droits et pour sa patrie".

"Combien de temps notre terre sera-t-elle occupée et notre nation humiliée, cela dépend de la solidarité des peuples du monde dans la lutte contre un banditisme international", a-t-il estimé.

Dissident à l'époque de l'URSS, M. Djemilev a passé une dizaine d'années dans des camps soviétiques, alors que son peuple était déporté. A l'époque soviétique il organisait encore les premiers retours de Tatars en Crimée. Partisan de l'indépendance et de l'unité ukrainienne, il a été interdit récemment d'accès en Crimée par la Russie qui a annexé ce territoire du Sud de l'Ukraine.

Selon le président élu ukrainien, qui a choisi Varsovie pour son premier déplacement à l'étranger, et qui doit y rencontrer mercredi Barack Obama, "le monde entier est maintenant avec nous. L'agresseur se trouve isolé".

"Les Tatars de Crimée restent unis. Je suis absolument certain que l'Ukraine et la Crimée seront libres", a-t-il déclaré.

Le prix Solidarité, accordé pour la défense de valeurs démocratiques, et doté d'un million d'euros, est composé de trois tranches : 250.000 euros iront directement au lauréat, 750.000 euros serviront à financer des programmes d'aide que le lauréat va désigner, et 50.000 euros serviront à organiser son voyage d'étude à travers la Pologne.

Varsovie a crée ce prix pour marquer le 25e anniversaire des premières élections partiellement libres en Pologne, le 4 juin 1989, qui ont précipité la chute du communisme dans ce pays et dans la région.

Selon Varsovie, le prix Solidarité sera attribué désormais chaque année.

sw/ea/sym

PLUS:hp