NOUVELLES

L'ONU prête à apporter son aide au nouveau gouvernement palestinien

03/06/2014 11:02 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

L'ONU a salué mardi la formation du nouveau gouvernement palestinien d'union nationale qui a prêté serment lundi, se disant disposée à apporter son aide aux efforts pour mettre fin à la division politique entre la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

"Les Nations unies soulignent depuis longtemps la nécessité de progresser vers une unité palestinienne", a indiqué dans un communiqué le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric.

"Les Nations unies se tiennent prêtes à apporter tout leur soutien au nouveau gouvernement dans ses efforts pour réunir la Cisjordanie et la Bande de Gaza (...) sous une seule autorité palestinienne légitime", a-t-il ajouté.

Le nouvel exécutif palestinien est le fruit de l'accord de réconciliation signé le 23 avril entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dominée par le mouvement nationaliste Fatah de Mahmoud Abbas, afin de mettre fin à la division politique depuis 2007 entre la Cisjordanie, dont l'Autorité palestinienne administre les zones autonomes, et la Bande de Gaza dirigée par le Hamas et sous blocus israélien.

Ce gouvernement, constitué de personnalités indépendantes et de technocrates, sans mandat politique, a pour tâche prioritaire de préparer des élections présidentielle et législatives d'ici la fin de l'année.

Le porte-parole a fait ces remarques après que le coordinateur de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient Robert Serry s'est entretenu avec le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah mardi.

"Les importants défis politiques, économiques, humanitaires et de sécurité à Gaza ainsi que la tenue d'élections attendues depuis longtemps" ont été au coeur des discussions entre les deux hommes, a précisé M. Dujarric.

Les Etats-Unis ont également annoncé avoir l'intention de collaborer avec le nouveau gouvernement palestinien d'union nationale et de maintenir leur aide à l'Autorité palestinienne, entraînant l'ire d'Israël qui s'est estimé "trahi" par la décision de son allié.

jm/sam/rap

PLUS:hp