NOUVELLES

Français partis en Syrie: "nous n'avons jamais été confrontés à un tel défi" (Valls)

03/06/2014 03:23 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

"Nous avons dépassé en France le nombre de 800 Français ou citoyens résidant en France qui sont concernés par la Syrie", a déclaré mardi le Premier ministre français, Manuel Valls, en estimant que La France n'a "jamais" été confrontée "à un tel défi".

Il existe "bien entendu" en France des terroristes potentiels comparables à Mohamed Merah, auteur de tueries en 2012 dans le sud-ouest de la France, ou à Mehdi Nemmouche, passé par la Syrie et soupçonné de la tuerie du Musée juif de Bruxelles, a ajouté le ministre.

"Nous avons dépassé en France le nombre de 800 Français ou citoyens résidant en France qui sont concernés par la Syrie, soit parce qu'ils y combattent, soit parce qu'ils y sont morts - une trentaine - soit parce qu'ils en sont revenus, soit parce qu'ils veulent y aller", a-t-il indiqué.

Nous n'avons jamais été confrontés à un tel défi (...) C'est sans doute la menace la plus importante", a-t-il dit, interrogé par BFMTV et RMC.

"Il s'agit de surveiller des centaines et des centaines d'individus français ou européens qui aujourd'hui combattent en Syrie", a-t-il expliqué.

Mehdi Nemmouche, un Français de 29 ans, est soupçonné de l'assassinat de trois personnes et de la tentative d'asassinat d'une quatrième au Musée juif de Bruxelles le 24 mai. Il a été arrêté vendredi à Marseille (sud de la France).

Mohammed Merah avait tué trois militaires et trois écoliers juifs ainsi que leur professeur au princtemps 2012 dans le sud-ouest de la France. Il avait été tué par la police lors de l'assaut de l'appartement où il s'était retranché.

Les pays européens doivent redouter d'autres attaques similaires à la tuerie de Bruxelles, et leurs services doivent mieux coopérer pour prévenir ce type d'attaques, a averti lundi le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove.

pg/frd/nou/jh

PLUS:hp