POLITIQUE

Budget 2014: le ministre des Finances Carlos Leitao dévoile ses nouvelles chaussures de marche (VIDÉO)

03/06/2014 11:58 EDT | Actualisé 03/08/2014 05:12 EDT

QUÉBEC - Une paire de chaussures de randonnée à 279 $ a mis le ministre des Finances, Carlos Leitao, dans ses petits souliers, mardi.

Fidèle à la tradition, le ministre Leitao a convié les médias à la veille du dépôt du budget pour exhiber sa nouvelle paire de chaussures.

Or, plutôt qu'une paire de souliers classiques, le ministre s'est procuré des chaussures de randonnée de fabrication allemande achetées chez un détaillant de Québec au coût de près de 300 $.

Devant les caméras à son bureau de Québec, le ministre a expliqué que ses nouvelles chaussures reflètent les efforts investis par son gouvernement pour la relance de l'économie. Parce qu'elles sont adaptées à la randonnée, elles évoquent aussi les grands espaces dans lesquels s'inscrivent le Plan Nord et la Stratégie maritime, a-t-il fait valoir.

Mais plus tard en point de presse, le ministre a dû justifier le prix élevé de ses pompes à la veille de la présentation d'un budget teinté d'austérité.

«Le point de cet exercice était de montrer qu'on avait cherché des choses solides, durables et qui vont être utilisées pendant des années», a voulu clarifier M. Leitao.

«Avec des choses solides qui vont durer longtemps, à la longue, on va être mieux servi», a-t-il ajouté, demeurant bien ancré dans la symbolique budgétaire.

Même le premier ministre Philippe Couillard a senti le besoin d'intervenir pour éviter que la controverse ne s'emballe autour de cette histoire de souliers.

«Regardez, il a payé de sa poche, il ne faut pas faire un plat avec ça. L'important, c'est qu'il a payé lui-même et que ce ne sont pas les contribuables qui lui paient ses souliers, heureusement», a-t-il dit.

Du reste, M. Leitao a indiqué qu'il ne porterait pas ses chaussures de randonnée mercredi au dépôt du budget. Il préfère le confort de ses bons vieux souliers classiques qui, selon lui, représentent la «prudence» en matière d'orientations budgétaires.

Détendu, souriant, le ministre a aussi affirmé que son premier budget en sera un de transition vers la maîtrise des finances publiques. Le redressement des finances publiques et la relance de l'économie permettront au Québec d'être à nouveau «libre de ses choix», a-t-il argué.

INOLTRE SU HUFFPOST

Budget Marceau 2014: les faits saillants