NOUVELLES

Ukraine: un projet de résolution russe se heurte aux critiques des Occidentaux

02/06/2014 08:09 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

Un projet de résolution présenté lundi au Conseil de sécurité de l'ONU par la Russie prévoyant notamment la création de "couloirs humanitaires" dans l'est de l'Ukraine s'est heurté aux critiques des Occidentaux qui prédisent un oubli rapide au texte.

Le projet de résolution russe, que l'AFP a pu consulter, exige "l'arrêt immédiat des hostilités" dans l'Est séparatiste et exhorte les belligérants à "s'engager à respecter un cessez-le-feu".

Il prévoit également la mise en place de "couloirs humanitaires" pour permettre aux civils qui le souhaitent de quitter les zones de combat et à l'aide humanitaire d'être distribuée sans entraves.

Lundi, des combats meurtriers ont opposé toute la journée gardes-frontières et séparatistes prorusses à Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, où les violences ont fait près de 200 morts -soldats, rebelles, civils- depuis leur déclenchement, le 13 avril.

Mais à Washington, la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki a qualifié d'"hypocrite" le projet de résolution russe, Moscou ne faisant "rien" pour empêcher les séparatistes pro-russes de s'attaquer à de nouvelles cibles.

Les Etats-Unis ont d'ailleurs affirmé dans la matinée détenir des "preuves" que Moscou continuait à laisser passer des "combattants" et des "armes" dans l'est de l'Ukraine.

A l'issue de consultations informelles des membres du Conseil de sécurité de l'ONU dans l'après-midi, l'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant a jugé faible le soutien au projet russe.

"Personne ne souffre de pénurie alimentaire, les villes ne sont pas assiégées. On a du mal à saisir quelle est la crise qui pourrait justifier la création de ces couloirs humanitaires", a-t-il déclaré pour résumer l'état d'esprit lors de la réunion du Conseil de sécurité, dont la Russie assure la présidence tournante ce mois-ci.

Un autre diplomate occidental a laissé entendre que la Russie avait présenté son texte pour tenter de faire diversion alors que les discussions se poursuivent pour tenter de savoir comment faire respecter les couloirs humanitaires en Syrie, dont le régime est soutenu par Moscou.

Le diplomate, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat, a prédit que le texte serait rapidement voué à l'oubli, compte tenu du peu de soutien dont il jouit.

En présentant le projet, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait expliqué que le texte avait été volontairement "dépolitisé" et qu'il était destiné à "prendre des mesures qui permettront immédiatement d'atténuer les souffrances d'une population pacifique".

Et l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a assuré que le projet de résolution bénéficiait "d'un certain soutien", soulignant que Moscou n'avait pas encore décidé de la suite à donner au texte.

jm/gde/are

PLUS:hp