NOUVELLES

Sarkozy a rencontré Poutine lundi en Russie

02/06/2014 03:22 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

L'ancien président français Nicolas Sarkozy a rencontré lundi Vladimir Poutine en Russie, à titre "privé" selon Moscou, trois jours avant un entretien à Paris entre le chef de l'Etat russe et son homologue François Hollande.

M. Sarkozy est apparu lundi soir à un concert que donnait à Moscou son épouse, la chanteuse Carla Bruni, a constaté l'AFP.

Interrogé à l'issue de la représentation par l'AFP sur une éventuelle réunion dans la journée avec le président russe, il a répondu : "Je l'ai rencontré". "On a même déjeuné ensemble", a-t-il ajouté.

Il n'a toutefois pas indiqué quelle avait été la teneur de ses entretiens avec M. Poutine, se contentant de faire un geste vague de la main et un hochement de tête en guise de réponse.

Un peu plus tard, le porte-parole du Kremlin a confirmé cette rencontre.

"Cette rencontre a eu lieu à Sotchi", dans le sud-ouest de la Russie, a déclaré Dmitri Peskov, cité par l'agence de presse Interfax, précisant qu'elle avait eu un "caractère privé".

Plusieurs médias français avaient indiqué ces derniers jours que M. Sarkozy, éclaboussé par un scandale financier agitant son parti l'UMP, rencontrerait Vladimir Poutine en Russie lundi.

L'ex-chef de l'Etat français a fait une entrée discrète dans la salle où Carla Bruni se produisait, plus d'une heure après le début du concert auquel était aussi présent l'acteur français Vincent Perez.

Les spectateurs l'ont applaudi et ont lancé des vivats à la fin de la représentation, lorsqu'ils ont découvert que M. Sarkozy était dans la salle.

A la sortie, il était attendu par des badauds et s'est prêté au jeu des selfies.

Le 25 mai, il était déjà apparu à un concert de son épouse en Israël.

Malgré les déboires que connaît l'UMP et sur lesquels il garde pour l'heure le silence, certains de ses proches évoquent un retour de M. Sarkozy sur la scène politique française, affirmant qu'il pourrait annoncer en juillet sa volonté de briguer la présidence du parti cet automne, synonyme pour ses partisans d'une candidature à la présidentielle de 2017.

blb-edy/bds

PLUS:hp