NOUVELLES

NBA - San Antonio-Miami, les retrouvailles attendues depuis un an

01/06/2014 12:53 EDT | Actualisé 31/07/2014 05:12 EDT

Pour la deuxième année consécutive, la finale NBA va opposer à partir de jeudi San Antonio et Miami, douze mois après une issue cruelle pour les Spurs, bien décidés à prendre leur revanche.

Les Spurs ont composté samedi leur billet pour la finale 2014 dans la salle d'Oklahoma City en remportant la finale de la conférence Ouest par quatre victoires à deux.

Ils ont remporté le match N.6 112 à 107 en prolongation après avoir pourtant dilapidé une avance de onze points à sept minutes de la sirène.

Ce succès, obtenu sans Tony Parker à partir de la 3e période en raison d'une cheville gauche douloureuse, a mis en évidence la supériorité collective des Spurs face au Thunder trop dépendant de Russell Westbrook (34 pts) et de Kevin Durant (31 pts).

Une statistique résume le déséquilibre entre les deux équipes: le banc des Spurs a marqué 51 points, dont 26 par l'impressionnant Boris Diaw, contre cinq seulement pour les remplaçants du Thunder.

"San Antonio a une grande équipe, ils peuvent gagner sans un joueur aussi important que Tony Parker", a admiré Durant, meilleur joueur et marqueur de la saison qui n'a pas excaucé son rêve d'offrir à OKC son premier titre NBA.

"C'est incroyable de se retrouver en finale un an après cette défaite si difficile à digérer. On a encore quatre victoires à aller chercher et on va le faire cette fois", a souligné Tim Duncan (19 pts, 15 rebonds, 155e double-double de sa carrière en play-offs, à deux du record de Magic Johnson).

- Meilleur qu'en 2013 pour Popovich -

La finale 2013 remportée par Miami au terme du match N.7 alors que San Antonio aurait dû être sacré dans le match N.6 sans un improbable panier à trois points de Ray Allen, les Spurs ne l'ont pas oubliée.

Gregg Popovich, leur emblématique entraîneur, leur a projeté en octobre une vidéo du match N.7 dès leur retour à l'entraînement, comme pour les aiguillonner.

"Cela fait huit mois qu'on travaille dur pour se retrouver à nouveau en finale", a confirmé Manu Ginobili.

Les Spurs vont disputer la finale NBA pour la sixième fois de leur histoire et quatre sur cinq ont eu une issue favorable.

Aux yeux de "coach Pop", l'équipe 2014 est plus forte que celle de 2013: "On n'a plus de profondeur de banc, Kawhi Leonard (17 pts samedi, NDLR) a mûri, les joueurs ont grandi grâce à cette défaite si dure à accepter", a-t-il insisté.

"Ils ne sont pas apitoyés sur eux-mêmes, ils ont montré beaucoup de résilience et je suis très fier d'eux", a ajouté l'ancien militaire de carrière.

Pour affronter Miami, double tenant du titre et finaliste pour la quatrième année de suite, Popovich ne sait pas dans quel état sera Parker, son meneur de jeu français qui s'est tordu la cheville gauche lors du match N.4.

L'entraîneur sait que son équipe doit encore déplacer une sacrée montagne, le Heat qui a fait forte impression en play-offs en disputant seulement 15 matches contre 19 aux Spurs.

LeBron James et ses partenaires du "Big Three" ont d'abord balayé Charlotte (4-0), puis surclassé Brooklyn (4-1) et enfin écoeuré Indiana (4-2) avec une invincibilité à domicile.

Mais les Spurs auront l'avantage de disputer les deux premiers matches, jeudi et dimanche, à domicile grâce à leur meilleur bilan en saison régulière (62 v-20 d).

jr/jr

PLUS:hp