NOUVELLES

Libye: Al-Qaïda au Maghreb appelle à combattre un général dissident

01/06/2014 06:29 EDT | Actualisé 01/08/2014 05:12 EDT

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a appelé les Libyens à combattre le général dissident Khalifa Haftar pour avoir lancé une campagne contre les groupes armés dans l'est du pays, décriant un "ennemi de l'islam".

"Nous vous appelons à vous unir pour extirper le symbole de la traîtrise et de l'apostasie: Khalifa Haftar et les partisans de (l'ancien dirigeant Mouammar) Kadhafi qui sont sous son commandement", a indiqué Aqmi dans un communiqué publié dimanche sur des sites jihadistes.

Khalifa Haftar, un général dissident ayant obtenu le ralliement de plusieurs unités de l'armée a lancé le 16 mai une campagne baptisée "la Dignité" contre les groupes extrémistes de l'Est libyen, bombardant certaines de leurs positions.

"Grâce à l'appui du sanguinaire Sissi (Abdel Fattah al-Sissi, le président égyptien), de la complicité de l'Amérique et des fonds des pays du Golfe, le traître Haftar a engagé une guerre contre l'islam sous le prétexte de combattre le terrorisme", a ajouté le communiqué.

"Nous avertissons nos frères libyens que le criminel Haftar exécute un plan des Croisés contre la charia (loi islamique) et nous appelons notamment les héros libyens de la révolte à s'y opposer fermement", poursuit Aqmi.

Le groupe jihadiste Ansar Asharia a lancé mardi une attaque au vitriol contre le général Haftar en le menaçant de finir comme Mouammar Kadhafi, tué après huit mois de conflit en Libye.

Classée organisation "terroriste" par les Etats-Unis, Ansar Asharia a également appelé les Libyens à se dissocier de la campagne du général dissident.

Ce dernier affirme avoir eu un "mandat" du peuple libyen pour combattre le terrorisme, après des manifestations de soutien à son opération.

Dans la nuit de vendredi à samedi, il a "remercié" dans un bref communiqué lu sur une télévision privée, les milliers de Libyens qui ont manifesté vendredi pour la deuxième semaine consécutive.

"Pas de retour en arrière, jusqu'à la libération du pays, le rétablissement de la sécurité et la stabilité et la consécration de la liberté et la démocratie", a-t-il dit depuis l'est du pays.

hj/ila/faa

PLUS:hp