NOUVELLES

Les parents du sergent Bergdahl libéré: il aura besoin de temps

01/06/2014 05:41 EDT | Actualisé 01/08/2014 05:12 EDT

Les parents du soldat américain Bowe Bergdahl ont adressé dimanche un message émouvant à leur fils, libéré en Afghanistan après cinq ans de captivité entre les mains des talibans, disant comprendre qu'il aurait besoin de temps pour se réhabituer à son ancien mode de vie.

Bowe Bergdahl, le seul soldat américain détenu en Afghanistan depuis le début de la guerre en 2001, a été libéré samedi en échange de cinq anciens cadres du régime taliban emprisonnés à Guantanamo, dans le cadre d'un règlement surprise où le Qatar a joué le rôle d'intermédiaire.

"Je t'aime, Bowe", a dit Jani Bergdahl, la mère du soldat libéré, retenant à peine ses larmes lors d'une conférence de presse télévisée aux côtés de son mari Bob à Boise, dans l'Idaho.

"De nombreuses personnes sont en place pour t'aider dans tous les aspects de ta réadaptation, jusqu'à ton rétablissement complet, fais-leur confiance. Tout va bien. Et donne-toi tout le temps nécessaire pour te remettre et décompresser. Il ne faut pas être pressé, tu as toute ta vie devant toi", a ajouté la mère du soldat.

Les Bergdahl n'ont jamais pu parler directement avec leur fils depuis son enlèvement le 30 juin 2009 dans le sud-est de l'Afghanistan, recourant aux médias pour établir une communication avec lui, et ne sachant jamais si le sergent détenu avait reçu leur message.

Il était impossible de savoir pendant combien de temps le soldat âgé de 28 ans resterait dans le centre médical militaire américain de Landstuhl en Allemagne où il a été admis.

"J'attends tellement de voir ton visage après ces cinq années, de longues, de très longues années", a dit Jani Bergdahl.

Se réadapter au mode de vie américain représentera certainement un défi pour un homme qui, selon des sources rebelles, a été trimbalé d'un endroit à un autre le long de la frontière afghano-pakistanaise avant de se retrouver dans la zone tribale pakistanaise du Waziristan du Nord.

Il avait adopté les coutumes de ses ravisseurs et avait appris le dari et le pachto.

Les parents du sergent Bergdahl ont souligné qu'ils comprenaient que leur fils aurait besoin de temps pour se réhabituer à son ancienne existence aux Etats-Unis.

Le père, Bob Bergdahl, a indiqué que lui-même et son épouse avaient décidé de ne pas parler jusqu'à présent directement avec leur fils en raison du stress qu'un contact prématuré pourrait lui faire subir, comparant cette phase aux paliers de décompression que doivent respecter les plongeurs sous-marins lors de la remontée.

"Bowe a été absent pendant si longtemps qu'il lui sera très difficile de revenir", a ajouté le père.

"Si un plongeur sous-marin remonte trop vite" après une plongée en profondeur, "cela peut le tuer", a-t-il souligné.

xoh/mr/plh

PLUS:hp