NOUVELLES

Mondial-2014 - David Luiz: "Représenter Paris du mieux possible"

30/05/2014 03:12 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Le défenseur central de l'équipe du Brésil David Luiz, concentré sur l'objectif de remporter une sixième Coupe du monde, à domicile, veut "représenter Paris du mieux possible", son prochain club après Chelsea.

Q: Vous considérez-vous déjà comme un joueur du PSG ?

R: "Je me suis efforcé de tout régler avant de venir en sélection. C'est une nouvelle étape, un nouveau projet, un nouveau pays, une nouvelle langue... J'étais très heureux à Chelsea, j'y ai gagné des titres, mais la fin du cycle est arrivée. Je vais commencer un nouveau cycle à Paris. Ce sera annoncé quand la fenêtre (de transferts) s'ouvrira. Mais je peux déjà dire que tout est conclu avec Paris et je suis très heureux".

Q: Que représente pour vous la perspective de jouer au PSG ?

R: "Je suis privilégié, j'ai joué dans de grands clubs, de grandes villes du monde. Je ne peux pas me plaindre. Je veux représenter Paris du mieux possible. Atteindre les objectifs du club, conquérir des titres, et surtout montrer le vrai David Luiz, comme joueur et être humain".

Q: Vous y retrouvez Thiago Silva...

R: "Thiago est quelqu'un de merveilleux et qui me rend toujours heureux. Nous n'avons jamais été rivaux. c'est un grand leader, parfois sérieux, parfois bougon, mais nous nous disons toujours les choses de manière très naturelle et cela me donne la certitude que Thiago a les mêmes principes que moi".

Q: Le fait d'avoir joué dans de grands clubs européens joue-t-il dans un Mondial ?

R: "C'est sûr que jouer à l'étranger beaucoup d'années donne l'occasion de jouer contre les meilleurs du monde, d'écoles de jeu différentes. Dans une Coupe du monde, on affronte les meilleurs adversaires avec une magie différente. On peut jouer pour des milliers de club, ce ne sera jamais la même chose que défendre son pays".

Q: Comment ressentez-vous la responsabilité d'être considéré comme un des leaders de la sélection ?

R: "Il existe une grande liberté d'expression dans le groupe, tout le monde peut donner son opinion. Quand on parle et qu'on se sent écouté, c'est plus plaisant. J'essaie d'avoir la sensibilité pour comprendre l'humain, j'ai toujours fonctionné comme ça dans la vie. Je cherche à montrer aux camarades que l'impossible est possible. Ce qui me donne de la force, c'est de savoir qu'ils sont avec moi, le fait que le courant passe est un facteur qui peut nous aider à réaliser le rêve d'être champions à la maison".

Q: Vous êtes connu pour votre caractère joyeux et blagueur en dehors du terrain: comment faites-vous pour être un guerrier sur la pelouse ?

R: "Dans la vie, il y a un moment pour tout. Il y a des moments pour plaisanter, pour rire, et il y a des moments pour être sérieux. Quand j'entre sur un terrain, je suis concentré, parce qu'en face il y a toujours de grands joueurs, qui attendent une faille".

Q: Comment expliquez-vous la sympathie que vous inspirez aux supporters ?

R: "J'essaie toujours de montrer, quand je joue ou non, la personnalité du vrai David. Je ne peux pas être différent. Je suis très heureux de cette empathie, je la ressens. Ca me comble. Moi, malgré la sympathie venant d'autres pays, j'ai toujours senti le besoin de toucher le coeur des Brésiliens".

Q: Comment vous sentez-vous à l'approche du Mondial ?

R: "Ce qui compte c'est le prochain match, le prochain défi. J'ai hâte d'y être, et encore plus d'être champion. Le moment est venu. Le Brésil est uni et je veux que notre pays trouve le sourire".

Q: Ressentez-vous de la pression du fait de jouer une Coupe du monde à domicile après le traumatisme du "Maracanazo" de 1950 ?

R: "De grandes sélections mondiales, comme la France et l'Italie, en ont gagné une et perdu une à la maison. Le Brésil en a perdu une, le moment est venu de la gagner".

Propos recueillis en conférence de presse

lg/ybl/jgu

PLUS:hp