NOUVELLES

Liban: report au 5 décembre du procès d'un ex-ministre

30/05/2014 09:44 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Le procès de l'ex-ministre libanais Michel Samaha, accusé de "transport d'explosifs" de Syrie au Liban "dans le but d'assassiner" des personnalités libanaises, a été reporté de nouveau au 5 décembre, a indiqué vendredi une source judiciaire.

L'ex-ministre devait comparaître devant un tribunal militaire mais le juge a annoncé le report du procès en raison de l'absence de son coaccusé, le chef des services de sécurité syriens Ali Mamlouk.

"Ce dernier n'a pas pu être notifié. Nous avions confié à Libanpost (poste libanaise) le mandat d'arrêt le concernant mais la compagnie nous a répondu qu'elle n'avait pas pu le remettre en raison de la situation en Syrie", a indiqué une source judiciaire.

C'est la troisième fois que le procès est reporté pour cette raison.

Michel Samaha, considéré comme un partisan du régime syrien de Bachar al-Assad, a été arrêté le 9 août 2012 par les forces de sécurité à son domicile de Khenshara, au nord de Beyrouth. Il est en prison depuis.

Le général Mamlouk, le grand patron de l'appareil sécuritaire en Syrie, a été convoqué par la justice libanaise le 14 janvier mais ne s'est pas présenté. Un mandat d'arrêt a été lancé contre lui le 4 février.

En l'absence de réponse, la loi libanaise permet que M. Mamlouk soit jugé par contumace, mais le tribunal n'a jusque-là pas retenu cette option.

MM. Samaha et Mamlouk sont accusés "de transport d'explosifs de la Syrie au Liban avec pour but d'assassiner des chefs politiques et religieux libanais".

Les faits qui leur sont reprochés peuvent être sanctionnés par la peine de mort.

Le Liban prône officiellement une politique de neutralité dans le conflit en Syrie, mais celle-ci est mise à mal en raison de la profonde division du pays entre partisans et adversaires du régime de Damas, ancienne puissance de tutelle.

cs-rd/sk/vl

PLUS:hp