NOUVELLES

La région syrienne d'Alep sous les bombes: près de 2000 morts en cinq mois

30/05/2014 06:45 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT

Près de 2.000 civils dont des centaines d'enfants ont péri dans la campagne aérienne de l'armée syrienne sur la province d'Alep depuis le début de l'année, le régime cherchant à reprendre coûte que coûte la cité stratégique aux rebelles après ses derniers succès.

Ce terrible bilan, qui souligne l'ampleur du drame humain dans cette guerre dévastatrice, a été fourni vendredi par une ONG syrienne, à quatre jours de la présidentielle controversée que le chef de l'Etat Bachar al-Assad est assuré de remporter.

"Depuis le début janvier et jusqu'au 29 mai, 1.963 civils ont été tués par les barils d'explosifs et les bombes larguées par l'armée de l'air (...) dont 567 enfants et 283 femmes", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui se base sur un large réseau de sources civiles, médicales et militaires.

Ex-capitale économique du pays meurtri par plus de trois ans de conflit, Alep est divisée depuis juillet 2012 et les quartiers anti-régime sont la cible depuis la mi-décembre d'une offensive de l'armée avec des bombardements aériens qui se sont intensifiés en janvier.

Ces bombardements, souvent menés par des hélicoptères larguant des barils d'explosifs, ont en outre provoqué l'exode de plusieurs milliers de personnes et laissé la ville en ruines.

Ces barils sont des bombes non guidées constituées de gros barils d'huile, de cylindres à gaz ou de réservoirs d'eau vidés de leurs contenus et remplis de puissants explosifs ainsi que de ferraille pour renforcer l'effet de fragmentation.

Le recours à cette tactique a été condamné par l'ONU qui a dénoncé l'"effet dévastateur" des barils, alors que les Etats-Unis ont parlé de "barbarie".

Les militants anti-régime ont néanmoins accusé la communauté internationale de rester les bras croisés face au "massacre" à Alep.

- Régime 'criminel' -

"Le président Assad est en train de parler d'élections mais pour les habitants d'Alep, la seule campagne dont ils sont témoins, c'est une campagne militaire de barils d'explosifs et de bombardements sans discernement", a dit l'ONG internationale Human Rights Watch fin avril.

Le scrutin du 3 juin, dénoncé comme une "farce" par l'opposition, se déroulera dans les régions tenues par le pouvoir et selon une loi excluant de facto toute candidature dissidente.

Le chef de l'armée syrienne libre (ASL, principale composante de la rébellion), le général Abdelilah al-Bachir, a appelé jeudi les Syriens à boycotter l'élection, en qualifiant le régime de "criminel".

"Au nom de notre devoir historique, de notre patriotisme authentique et des craintes à l'égard des dangers menaçant la Syrie et les Syriens, nous devons déjouer cette farce en boycottant complètement" l'élection, a-t-il dit dans un message vidéo.

Le scrutin, qui a débuté en amont à l'étranger, vise surtout à renforcer la position de M. Assad dans cette guerre qu'il veut à tout prix gagner, face à une opposition et à une rébellion fragmentées et en guerre avec des jihadistes radicaux.

- Situation économique épouvantable -

Le régime a d'ailleurs avancé ces derniers mois sur le terrain, s'emparant tout récemment de la vieille ville de Homs (centre) qu'il a assiégée et bombardée pendant deux ans, réduisant rebelles et civils à la disette.

Même si l'opposition a réussi à s'emparer de portions significatives du territoire, dans le nord et l'est, le régime, fort de ses alliés russe et iranien, continue à la surpasser en puissance de feu, grâce à son aviation, aux supplétifs syriens et des combattants aguerris du Hezbollah libanais.

Dans le sillage du Printemps arabe, une contestation pacifique réclamant des réformes politiques avait éclaté en mars 2011 en Syrie. Brutalement réprimée, elle s'est transformée en insurrection armée avant de devenir une guerre généralisée, impliquant des jihadistes venant de l'étranger.

Face à une communauté internationale divisée sur les moyens de mettre fin au bain de sang, les belligérants sont déterminés à se battre jusqu'au bout: plus de 162.000 personnes ont péri, plus de neuf millions ont fui leurs foyers et le pays a été détruit en trois ans.

Selon un nouveau rapport de l'ONU, la guerre a plongé le pays dans une situation économique épouvantable, jeté dans la pauvreté la moitié de la population et ruiné les secteurs de l'éducation et la santé.

bur-ram/tp

PLUS:hp