POLITIQUE

Exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti : Nature Québec n'est toujours pas rassuré

30/05/2014 08:08 EDT | Actualisé 30/07/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

La décision du gouvernement libéral de poursuivre l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti, même assortie d'une évaluation environnementale spécifique, ne rassure pas le directeur général de Nature Québec, Christian Simard.

Ce dernier qualifie de décevantes les actions annoncées vendredi par le gouvernement de Philippe Couillard. Car, dit M. Simard, les libéraux avaient promis en campagne électorale de procéder à des évaluations environnementales stratégiques avant tout forage.

Or, pour Nature Québec, le carottage, soit le terme employé par les libéraux pour décrire le travail qui sera mené cet été à Anticosti, « c'est du forage ».

L'opinion de Christian Simard, c'est que le gouvernement libéral a déjà l'idée d'aller de l'avant avec l'exploration et l'exploitation pétrolières à Anticosti. Et ce, « même si deux ministres ont dit aujourd'hui que la décision finale n'était pas prise », dit-il.

Selon lui, le procédé utilisé par les Libéraux n'est « pas très limpide et n'inclut pas le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) ». Pour Nature Québec, la province n'a pas eu l'occasion de tenir un débat de fond sur ce qu'il importe de faire, ou de ne pas faire, relativement à la question des hydrocarbures.

Enfin, M. Simard rappelle qu'en avril dernier, la Cour d'appel a donné raison au Centre québécois du droit de l'environnement (CQDE) et à Marc Lafrance, un résident d'Anticosti, au sujet des travaux d'exploration pétrolière de Junex et Petrolia sur l'île d'Anticosti.

 Entamé au printemps 2013, le recours de l'organisme et du citoyen vise à faire confirmer par les tribunaux que Junex et Pétrolia doivent obtenir une autorisation du ministère de l'Environnement et effectuer une consultation des citoyens, préalablement aux forages exploratoires qu'ils entendent réaliser sur l'île d'Anticosti.

Le point de vue des insulaires

La semaine dernière, les résidents d'Anticosti avaient manifesté leur souhait d'être consultés sur les intentions du gouvernement concernant les activités d'exploration pétrolière sur l'île.

« On aimerait bien être consultés pour savoir quelle sera cette vision de développement au nom du dossier de la filière des hydrocarbures », avait dit le maire de Port-Menier, Jean-François Boudreault tout en réitérant qu'il est favorable à l'exploration dans le but de connaître le potentiel pétrolier de l'île.

INOLTRE SU HUFFPOST

Exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti