NOUVELLES

Tour d'Italie - 18e étape: Arredondo pour une fête colombienne

29/05/2014 12:40 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

La Colombie a annexé le Valsugana, le temps de la 18e étape du Giro marquée jeudi par un doublé de ses coureurs, Julian Arredondo et Fabio Duarte, à l'arrivée au refuge Panarotta où Nairo Quintana a conservé son maillot rose.

Les "escarabajos" (scarabées, le surnom traditionnel des grimpeurs colombiens) se sont succédé sur le podium du protocole. Devant le ministre colombien des Sports, Andres Botero, venu assister au final de ce Giro à l'accent très sud-américain.

A l'altitude de 1760 mètres, Quintana a franchi la ligne en 10e position, sans rien céder à ses adversaires directs, hormis une broutille de 3 secondes à l'Italien Fabio Aru. Il a précédé symboliquement Rigoberto Uran, deuxième du classement général et devenu son adversaire privilégié depuis l'affaire de la descente du Stelvio qui a précédé mardi sa prise de pouvoir.

"Je suis satisfait", a déclaré Quintana, un sourire sur son visage cuivré. Car le coureur de la Movistar a visiblement gardé des forces pour les deux prochaines journées, le contre-la-montre crucial du Monte Grappa (vendredi) puis l'étape du Monte Zoncolan (samedi) à la veille de l'arrivée à Trieste.

Jeudi, Quintana a laissé ses compatriotes occuper le devant de la scène dans cette étape de montagne de 171 kilomètres enfin épargnée par le mauvais temps. Avec, dans le premier rôle, un néo-pro de 25 ans, révélé par sa victoire l'an passé au Tour de Langkawi, dans la lointaine Malaisie.

- La confiance de Quintana -

Recruté par l'équipe Trek, Julian Arredondo a réussi ses débuts. Il a gagné deux étapes au Tour de San Luis, en Argentine, et s'est classé cinquième de Tirreno-Adriatico. Puis il a préparé le Giro dans l'optique de gagner une étape et de conquérir le maillot bleu du classement de la montagne, qu'il porte depuis le soir de la 8e étape.

Vendredi, la 19e étape se court de Bassano au sommet du Monte Grappa. Le contre-la-montre de 26,8 kilomètres présente une approche de 7,5 kilomètres avant l'ascension proprement dite, très pentue (19,3 km à 8%), pour rejoindre le Monte Grappa, théâtre d'affrontements meurtriers durant la Première guerre mondiale.

Quintana, qui se sent de mieux en mieux dans cette troisième semaine, affiche un franc optimisme. "Je pense faire un beau chrono", annonce le Colombien, qui veut chasser toute équivoque sur son maillot rose après l'intense polémique née de son attaque dans la descente du Stelvio.

Au Monte Grappa se jouent aussi et surtout les places sur le podium. La lassitude de l'Australien Cadel Evans, distancé de plus d'une minute et demie dans les 5 dernières kilomètres menant au refuge Panarotta, a laissé la troisième place au Français Pierre Rolland, qui a attaqué à plusieurs reprises dans le final.

Mais les écarts sont encore resserrés. Sept coureurs (dans l'ordre, Rolland, Aru, Majka, Pozzovivo, Hesjedal, Kelderman et Evans), tous candidats au podium, se tiennent dans une fourchette d'une minute et demie.

jm/gv

PLUS:hp