NOUVELLES

Iran: une journaliste proche des réformateurs arrêtée (média)

29/05/2014 05:01 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

La journaliste iranienne Saba Azarpeyk, qui collabore avec plusieurs journaux considérés comme proches des réformateurs, a été arrêtée pour une raison inconnue, a rapporté jeudi le quotidien Shargh.

"Saba Azarpeyk a été arrêtée hier (mercredi) matin à son domicile", a précisé le quotidien réformateur, ajoutant qu'elle faisait l'objet d'un mandat d'arrêt délivré par l'Autorité judiciaire.

La raison de son arrestation n'a pas été dévoilée, selon Shargh.

La journaliste couvre l'actualité parlementaire pour plusieurs journaux, dont le grand quotidien réformateur Etemad.

En janvier 2013, elle faisait partie d'un groupe de 18 journalistes travaillant pour des médias réformateurs arrêtés par les forces de sécurité et accusés de collaboration avec des médias "contre-révolutionnaires" persans basés à l'étranger.

Les médias étrangers diffusant leurs programmes en persan, comme BBC Persian, Voice of America et Radio Free Europe/Radio Farda, sont accusés par Téhéran de participer au "complot" occidental visant à déstabiliser le régime iranien.

Le président iranien Hassan Rohani, un religieux modéré élu en juin 2013, a souhaité plus de liberté dans les affaires culturelles et sociales, notamment concernant la presse. Mais il doit faire face à l'opposition de l'Autorité judiciaire, contrôlée par les conservateurs qui critiquent régulièrement les positions jugées trop libérales du gouvernement.

Depuis son élection, trois quotidiens réformateurs ont été fermés définitivement et deux autres - un réformateur et un conservateur - ont écopé d'une interdiction temporaire de publication.

bur/cyj/feb

PLUS:hp