NOUVELLES

Grand Prix d'Italie - Rossi et Lorenzo veulent faire obstruction à Marquez

29/05/2014 06:25 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

Valentino Rossi, dans son jardin du Mugello, et Jorge Lorenzo, victorieux des trois dernières éditions, vont tenter dimanche d'empêcher Marc Marquez de signer un sixième succès consécutif cette année lors du Grand Prix d'Italie MotoGP.

"Comme sur tous les autres circuit du Championnat, il y a 25 points réservés au vainqueur mais, au Mugello, il s'agit aussi d'une question d'honneur", a déclaré Rossi (Yamaha), qui détient le record de sept victoires successives entre 2002 et 2008 sur ce tracé extrêmement rapide.

Le nonuple champion du monde, qui a signé lors du Grand Prix de France au Mans sa troisième deuxième place de la saison, souhaiterait cette fois poser son pied sur la plus haute marche du podium. Et l'occasion semble belle puisqu'il s'agira de son 300e départ en Grand Prix. Il deviendra le deuxième pilote à franchir ce seuil toutes catégories confondues après son compatriote Loris Capirossi (328), retraité depuis fin 2011.

Mais pour retrouver les sensations particulières associées à une victoire en course - sa dernière remonte au Grand Prix des Pays-Bas 2013 - l'Italien devra rester devant son coéquipier chez Yamaha, Jorge Lorenzo, ce qu'il est parvenu à faire quatre fois sur cinq cette saison.

"Le tracé convient parfaitement à mon style de pilotage", a néanmoins assuré l'Espagnol qui a beaucoup à se faire pardonner auprès de ses admirateurs après un début de Championnat très médiocre (un podium) qui le place en 5e position du classement général, à 80 points de Marquez.

De fait, le pilote Honda, qui a signé au Mans un cinquième succès en autant de courses cette saison, semble actuellement imbattable.

Son festival de dépassements, après avoir complètement raté un départ qu'il effectuait pourtant depuis la position de pointe, a dû doucher les espoirs de ceux qui en avaient encore. Cependant, crédité de plusieurs chutes l'an passé, dont une très inquiétante à plus de 280 km/h en essais et une en course, le bouillant Catalan a récemment affirmé qu'il s'attendait à devoir gérer son capital lors des rendez-vous à venir.

Marquez en gestionnaire?

La déclaration ayant été faite avant le Grand Prix de France, d'aucuns le considèrent comme le comptable le plus rapide du monde.

Un autre Catalan, son coéquipier Dani Pedrosa, pourrait l'aider dans ses desseins. En position de pointe sur le Mugello l'an passé comme en 2012 et 2010, année de sa seule victoire dans la catégorie, l'éternel vice-champion du monde se montre très à l'aise en Italie où le premier freinage demande des mains d'acier pour passer de 350 km/h à 70 km/h avant de négocier le virage à droite de San Donato.

Restent les Ducati qui, à une heure de route du siège de la marque, tenteront de tirer bénéfice de leur inscription en catégorie "Open". L'Italien Andrea Dovizioso, 4e sur la grille et 5e en course l'an passé, cherchera également "pour l'honneur" a être le meilleur italien sur la piste.

En Moto2, le Finlandais Mika Kallio (Kalex), qui vient de signer deux victoires consécutives et qui était 5e l'an passé, tentera de poursuivre sur sa lancée en espérant rattraper les sept points qui le séparent de son coéquipier Esteve Rabat en tête du Championnat.

Enfin, l'Australien Jack Miller (KTM), qui a pris un peu ses distances (30 points) face à son principal adversaire Romano Fenati en Moto3, cherchera à signer un quatrième succès dans une catégorie où les prétendants sont toujours légion.

syd/dla/ig

PLUS:hp