NOUVELLES

Gaz russe: nouvelles négociations Russie/Ukraine/UE à Berlin vendredi

29/05/2014 09:42 EDT | Actualisé 29/07/2014 05:12 EDT

Le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger et "des représentants" russes et ukrainiens vont se retrouver à Berlin pour une nouvelle série de négociations sur les livraisons de gaz russe à l'Ukraine, a fait savoir jeudi la Commission.

"Les parties intéressées sont d'accord pour mener de nouvelles discussions à Berlin le vendredi 30 mai après-midi, dans la continuité de la proposition mise sur la table par la Commission européenne lundi", selon un communiqué de la représentation à Berlin de la Commission européenne.

M. Oettinger, le Russe Alexandre Novak et l'Ukrainien Iouri Prodan devraient ensuite donner une conférence de presse à compter de 15H00 GMT, selon un second communiqué. Le premier ne faisait mention que de M. Oettinger.

Moscou a menacé de couper le gaz à Kiev en début de semaine prochaine, sauf remboursement par l'Ukraine, exsangue financièrement, de ses arriérés, qui s'élèvent à plus de 3,5 milliards de dollars. Gazprom exige aussi le paiement anticipé des livraisons de juin.

La perspective d'un arrêt des livraisons à l'Ukraine, par laquelle transite une grande partir du gaz russe importé en Europe, inquiète les Européens et Bruxelles s'emploie depuis plusieurs semaines à jouer les médiateurs.

M. Oettinger avait proposé lundi une feuille de route qui prévoyait dans un premier temps le versement par l'Ukraine de deux milliards de dollars ce jeudi, puis de nouvelles négociations vendredi. Mais le gouvernement ukrainien veut des assurances quant à une baisse des prix pour l'avenir, avant de débourser quoi que ce soit.

La Russie pour sa part, qui a considérablement augmenté le prix du gaz livré à l'Ukraine après la destitution en février du président prorusse Viktor Ianoukovitch, n'est prêt à négocier sur les prix que si Kiev règle sa dette.

Le volet énergétique est un élément crucial du conflit qui oppose la Russie à l'Ukraine. "Il est clair qu'on peut difficilement imaginer un avenir stable (en Ukraine) sans accord" sur la question du gaz, a redit mercredi le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel.

mtr/bds

PLUS:hp