POLITIQUE

Accusée de vouloir «garder les meubles»: Denise Beaudoin met en demeure la députée caquiste Sylvie D'Amours

29/05/2014 11:41 EDT | Actualisé 29/05/2014 12:31 EDT
PC

QUÉBEC - La députée caquiste Sylvie D'Amours a reçu une mise en demeure de la part de sa prédécesseure, l'ex-députée péquiste Denise Beaudoin. Cette dernière exige que la députée de Mirabel retire ses propos tenus dans le Journal de Montréal.

Dans une entrevue datée du 4 mai, Sylvie D'Amours accusait l'ex-députée de lui interdire l'accès au bureau de circonscription et de vouloir «garder des meubles pour elle». Les meubles en question appartiennent à l'Assemblée nationale et doivent être transférés au nouveau député.

Après avoir exigé que la députée caquiste retire ses propos, Denise Beaudoin a fait parvenir une mise en demeure à Sylvie D'Amours le 20 mai dernier.

À la CAQ, on confirme avoir reçu la mise en demeure, mais on refuse de commenter le dossier. «C'est entre les mains des avocats», dit l'attachée-presse de l'aile parlementaire de la CAQ, Émilie Toussaint. Il a été impossible de savoir si Sylvie D'Amours entend se rétracter ou entreprendre d'autres démarches judiciaires.

La députée de Mirabel a finalement pu prendre possession des meubles appartenant à l'Assemblée nationale le 16 mai. Ceux-ci ont d'abord été conservés dans un entrepôt, puisque Sylvie D'Amours ne possédait toujours pas de bureau de circonscription. C'est maintenant chose faite depuis vendredi dernier. Toutefois, jeudi matin, le bureau était injoignable, puisqu'on attendait toujours l'installation des lignes téléphoniques.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale