NOUVELLES

Ukraine: le secteur de l'aéroport de Donetsk inaccessible

28/05/2014 08:19 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT
Anadolu Agency via Getty Images
DONETSK, UKRAINE - MAY 27: Pro-Russian separatists block the road to Donetsk Airport in Donetsk, Ukraine on 27 May, 2014. (Photo by Veli Gurgah/Anadolu Agency/Getty Images)

Magasins et bureaux sont restés portes closes, mercredi, dans le centre de Donetsk, au lendemain de combats intenses pour s'emparer du contrôle de l'aéroport international.

Kiev a affirmé mardi avoir repris le contrôle de l'aéroport de Donetsk, dans l'est du pays, qui avait été pris d'assaut par des séparatistes prorusses dans la nuit de dimanche à lundi.

Une quarantaine de personnes sont mortes pendant ces deux jours d'affrontements. Cet aéroport revêt une importance stratégique puisqu'il est névralgique pour l'accès à l'est du pays.

Mercredi, la circulation était toujours interdite dans le secteur de l'aéroport.

Depuis que le maire de Donetsk, une ville d'un million d'habitants, a demandé à ses concitoyens de rester chez eux, la ville est presque déserte.

La nuit de mardi à mercredi a toutefois été relativement calme, a indiqué le maire par voie de communiqué. Il indique encore que 14 écoles et 2 hôpitaux situés à proximité de l'aéroport sont fermés.

Soldats russes toujours près de la frontière

La Russie a procédé au retrait de plusieurs milliers de soldats de la zone proche de la frontière orientale de l'Ukraine, mais des dizaines de milliers d'autres sont restés sur place, indique un officier de l'OTAN, mercredi.

«Un certain nombre d'unités (russes) ont désormais été retirées de la frontière. L'activité que nous observons continue de suggérer un lent retrait des troupes», précise cet officier s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

«La plupart des forces russes déjà déployées demeurent dans les environs de la frontière et demeurent en mesure de mener des opérations à bref délai. Des milliers de soldats ont été retirés, mais des dizaines de milliers restent sur place», ajoute-t-il.

Les alliés ont estimé à environ 40 000 hommes les forces déployées par la Russie près de la frontière ukrainienne.

Rencontre Hollande-Poutine

Vladimir Poutine rencontrera François Hollande le 5 juin à Paris à l'occasion d'une visite en France afin de discuter de la crise en Ukraine, indique le Kremlin, mercredi.

Les entretiens se dérouleront au palais de l'Élysée à la veille des commémorations du 70e anniversaire du débarquement allié du 6 juin 1944 auxquelles participera le chef de l'État russe.

Il s'agira de la première rencontre entre le président russe et un chef d'État occidental depuis l'annexion de la Crimée par la Russie au mois de mars.

«Le soir du 5 juin, les présidents des deux pays auront des entretiens sur les problèmes internationaux et bilatéraux fondamentaux, y compris la crise ukrainienne», a précisé Iouri Ouchakov, conseiller du Kremlin pour les affaires étrangères.

Retrait possible des observateurs de l'OSCE

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui a perdu le contact, lundi avec quatre de ses observateurs qui effectuaient une patrouille de routine dans la région de Donetsk, annonce mercredi qu'elle n'excluait pas le retrait de ses opérateurs.

Son médiateur pour l'Ukraine, Wolfgang Ischinger, a estimé en entrevue à la télévision publique allemande ZDF que cette décision était difficile, car c'est justement là où la situation est instable qu'il est nécessaire d'avoir le plus d'observateurs possible.

Il a rappelé qu'il s'agit de travailleurs civils et que si la sécurité dans le pays est telle qu'il faut craindre pour leur vie, il faudra les retirer.

INOLTRE SU HUFFPOST

Chronologie de la crise en Ukraine