POLITIQUE

Aucune nouvelle réglementation de Québec pour les salons de bronzage

28/05/2014 04:34 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT
Shutterstock

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, écarte l'idée de serrer la vis davantage aux salons de bronzage, pointés du doigt pour expliquer la progression du nombre de cancers de la peau au Québec et au Canada.

Selon lui, l'adoption de la loi interdisant aux mineurs de fréquenter ces établissements est suffisante. Il n'envisage donc pas de suivre l'exemple de certains pays comme les États-Unis, qui imposent des taxes aux clients des salons de bronzage.

Le ministre Barrette fait par ailleurs valoir que l'ennemi numéro un, statistiquement parlant, est la surexposition au soleil sans protection adéquate.

Un rapport rendu public mercredi par la Société canadienne du cancer (SCC) conclut qu'environ 930 mélanomes et 30 000 autres cas de cancer de la peau (carcinome spinocellulaire et carcinome basocellulaire) seront diagnostiqués au courant de l'année, soit environ 30 % du nombre total de cas.

En février 2012, dans un mémoire déposé en commission parlementaire, la SCC avait proposé d'inclure dans le projet de loi sur les salons de bronzage l'imposition d'une taxe à la séance de 10 $, avec un prix plancher de 1 $.

La pression exercée par l'explosion du nombre de cas de cancer de la peau sur le système de santé est non négligeable: au Canada, les coûts atteignent actuellement environ 532 millions de dollars par année, et on s'attend à ce que cette somme grimpe à 922 millions par année d'ici 2031, selon la SCC.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les stars trop bronzées