POLITIQUE

Le général Roméo Dallaire quittera ses fonctions de sénateur à Ottawa

28/05/2014 10:50 EDT | Actualisé 28/05/2014 12:20 EDT
CP

Le général Roméo Dallaire quittera ses fonctions de sénateur libéral à Ottawa dès le 17 juin prochain pour se consacrer à d'autres projets. Il l'a confirmé en conférence de presse mercredi en matinée.

«Je considère que j'ai des devoirs en dehors du Sénat qui prennent plus de mon temps», a-t-il commenté. Il compte mettre ses énergies sur diverses causes qui lui tiennent à coeur, comme l'aide internationale, la lutte contre l'enrôlement des enfants soldats, le syndrome post-traumatique ainsi que la rédaction de deux autres livres.

«Je ne comprends pas ce terme, "la retraite". J'ai consacré neuf ans de la vie au Sénat, 36 ans aux Forces canadiennes et j'ai maintenant des engagements ailleurs.»

Questionné à propos de la légitimité du Sénat, Roméo Dallaire ne nie pas qu'il y a un questionnement à l'interne. «Je crois que le Sénat est dans une phase de transition. Il cherche à se réformer de l'interne», a-t-il ajouté. Toutefois, les sénateurs devraient continuer d'être nommés par le premier ministre, selon lui, et ne pas être élus directement par la population.

Un combat de tous les jours

Roméo Dallaire avait dirigé la mission de maintien de la paix des Nations unies au Rwanda, en 1994, où des milliers de personnes ont perdu la vie.

Il a par la suite souffert de problèmes de santé mentale, et s'est finalement retiré des Forces armées canadiennes. Roméo Dallaire soutient que le syndrome post-traumatique dont il souffre n'a rien à voir dans sa décision. Il continue de prendre «ses neuf pilules par jour» et est toujours suivi en thérapie.

En février dernier, Roméo Dallaire s'était endormi au volant de sa voiture et avait heurté un lampadaire sur la colline parlementaire.

Le général à la retraite avait expliqué que le suicide de trois militaires canadiens, la semaine précédente, et le 20e anniversaire du génocide au Rwanda l'avaient privé de sommeil depuis plusieurs jours.

Roméo Dallaire milite activement pour les droits de la personne. Il avait d'ailleurs écrit le livre « J'ai serré la main du diable » à propos de son expérience au Rwanda.

Il a été nommé au Sénat par le premier ministre libéral Paul Martin en 2005 et ne devait prendre sa retraite qu'en 2021.

Avec La Presse Canadienne.

LIRE AUSSI: Génocide rwandais: les extrémistes hutus ont tiré sur l'avion présidentiel, croit Roméo Dallaire

INOLTRE SU HUFFPOST

Roméo Dallaire au fil des ans
Rwanda: des lieux à la mémoire du génocide