NOUVELLES

NBA - Affaire Sterling: nouvelle réunion des représentants des propriétaires

28/05/2014 06:54 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

Les représentants des propriétaires de franchises NBA se sont réunis mercredi pour évoquer l'affaire Sterling, du nom du propriétaire des Los Angeles Clippers suspendu à vie pour racisme, a annoncé la NBA à six jours d'une réunion décisive.

"Les discussions ont porté sur les réponses données par Donald Sterling et son épouse Shelly à la recommandation (faite par la NBA) de mettre un terme à leur présence à la tête des Clippers", a indiqué la NBA dans son communiqué.

"Ces documents ont été transmis au comité des gouverneurs de la NBA qui se réunira le 3 juin à New York pour statuer sur cette affaire", conclut le texte.

Donald et Shelly Sterling qui possédent chacun 50% des Los Angeles Clippers, avaient jusqu'à ce mardi pour faire connaître leurs intentions à la NBA qui statuera mardi prochain.

Donald Sterling a fait savoir qu'il contestait la recommandation de la NBA de mettre fin à sa présence dans le capital des Clippers, mesure qui doit encore recevoir le soutien des trois-quarts des 29 propriétaires d'équipes.

Le milliardaire de 80 ans conteste les sanctions prononcées par la NBA (suspension à vie, amende), car elles reposent, selon lui, un enregistrement réalisé illégalement d'une "discussion entre un homme jaloux et la femme qu'il aimait", qui "n'aurait jamais dû quitter l'intimité du salon".

Dans cette conversation avec son assistante, le propriétaire des Clippers reprochait notamment à la jeune femme de "s'afficher avec des noirs". La conversation, enregistrée, avait été rendue publique par TMZ, déclenchant une vague d'indignation aux Etats-Unis.

Son épouse Shelly assure, elle, avoir reçu le feu vert de son mari pour vendre l'équipe qui intéresse plusieurs investisseurs, venus du sport comme Magic Johnon, Floyd Mayweather ou le Chinois Yao Ming, ou du monde des affaires comme Oprah Winfrey, Steve Ballmer, l'ancien patron de Microsoft.

Selon la presse américaine, elle avait fixé jusqu'à mercredi aux candidats au rachat pour se manifester formellement.

jr/mf

PLUS:hp