NOUVELLES

Chine: des personnes âgées se suicident pour éviter d'être incinérées (média)

28/05/2014 05:44 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

Six personnes âgées se sont récemment suicidées en Chine pour être certaines de pouvoir être enterrées dans un cercueil, juste avant que ne prenne effet un règlement local imposant l'incinération, a rapporté mercredi un journal chinois.

Les traditions plurimillénaires du culte des ancêtres en Chine exigent que les familles procèdent à l'inhumation de leurs proches décédés et leur édifient un tombeau en pleine terre, et il n'est pas rare en Chine de se choisir et d'acheter son cercueil de son vivant.

Mais au cours des dernières années, les gouvernements locaux --en quête effrénée de nouvelles terres pour la construction et la culture agricole-- ont engagé des campagnes de destruction de tombes et encouragé le recours à la crémation.

Signe d'un durcissement supplémentaire, des cadres du gouvernement municipal d'Anqing, ville de la province de l'Anhui (est), ont ordonné que tous les résidents décédés après le 1er juin seraient incinérés, a rapporté les Nouvelles de Pékin.

Or, six personnes âgées dans la région d'Anqing se sont données la mort "précisément pour éviter les nouveaux règlements sur les modalités funéraires", a assuré le quotidien, citant des membres des familles des défunts.

Tout en estimant que les raisons expliquant ces suicides pouvaient être "complexes", le journal souligne que la confiscation de force, par les autorités locales, des cercueils déjà achetés par les familles "avait provoqué un grand choc psychologique" au sein des foyers.

Une femme de 91 ans, nommée Wu Zhengde, s'est ainsi pendue le 5 mai, juste après avoir pris connaissance des nouveaux règlements, selon les Nouvelles de Pékin.

Une autre veille dame, âgée de 83 ans, s'est quant à elle tuée après avoir vu des membres des forces de l'ordre briser en deux devant ses yeux le cercueil qu'elle se destinait.

Le gouvernement local a assuré les médias que ces suicides n'étaient pas liés à l'interdiction des inhumations en terre, et que les familles acceptaient volontiers de renoncer de leur propre chef à leurs cercueils.

La destruction de 400.000 tombes dans la province du Henan (centre) en 2012, largement rapportée par les médias locaux, avait provoqué de vives réactions d'indignation dans le pays.

tjh/jug/seb/ml

PLUS:hp