POLITIQUE

Aile jeunesse du PQ : Léo Bureau-Blouin sera candidat à la présidence

28/05/2014 05:18 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT
PC

L'ancien député de Laval-des-Rapides, Léo Bureau-Blouin, briguera le poste de président du Comité national des jeunes du Parti québécois le 21 juin prochain à l'occasion de la rencontre annuelle des membres de l'aile jeunesse du parti.

Un texte de Hugo Lavallée Twitter Courriel

Malgré la défaite qu'il a subie le 7 avril dernier, Léo Bureau-Blouin entend continuer de s'impliquer au sein du Parti québécois (PQ). S'il est élu à la tête du Comité national des jeunes, il entend remettre la souveraineté au coeur du message du parti. « Je pense qu'il faut assumer nos convictions sur la souveraineté avec les conséquences que ça implique. Je pense qu'il faut être capable d'expliquer aux gens quels sont les avantages. Par exemple, dans un contexte de mondialisation, [...] on peut répondre aux gens qu'il y a de plus en plus de décisions qui se prennent dans les grandes instances internationales », illustre l'ancien député.

Un contexte difficile

L'accession de Léo Bureau-Blouin à la tête du Comité national des jeunes n'est toutefois pas acquise, dans la mesure où d'autres membres de l'aile jeunesse songent à se présenter. D'aucuns estiment d'ailleurs que l'ex-leader étudiant est encore trop associé à l'aile parlementaire du Parti québécois, ce que le principal intéressé réfute.

« Je souhaite profiter de l'expérience parlementaire que j'ai eue pour donner une crédibilité à l'aile jeunesse du Parti québécois au sein du parti politique. Une aile jeunesse, ça a beaucoup de potentiel », explique-t-il.

N'empêche, depuis la défaite électorale du 7 avril, des membres de l'aile jeunesse se plaignent à micro fermé de la manière dont les choses sont menées au sein du parti. Ils dénoncent entre autres la gestion qu'ils qualifient de « trop centralisée » du nouveau chef intérimaire du parti, Stéphane Bédard, et souhaiteraient être davantage consultés. Léo Bureau-Blouin reconnaît qu'« au cours des dernières années, on a essayé de limiter [certains] débats ». Il veut infléchir la tendance.

Son ex-collègue Alexandre Cloutier, que des jeunes souhaitent voir sur les rangs de la course à venir, abonde dans le même sens. « C'est plus important que jamais de donner la parole à nos militants, à nos gens, à ceux et à celles qui s'investissent pour notre formation politique », fait valoir le député de Lac-Saint-Jean.

Le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, qui a été longtemps associé à l'aile jeunesse du parti, reconnaît pour sa part que des divergences peuvent exister, mais il se fait philosophe. « Quand on est jeune, c'est un peu normal qu'on soit revendicateur. Donc, je pense qu'il faut laisser la place aux jeunes de s'exprimer. Mais dans un parti, et surtout au Parti québécois, ce n'est pas comme si un chef ou une personne peut tout décider. C'est un parti de membres, c'est un parti de militants », relativise le député âgé de 30 ans.

Prendre sa place

Alors que le Parti québécois s'engagera prochainement dans une course à la direction du parti, Léo Bureau-Blouin estime que le Comité national des jeunes ne doit pas avoir peur de prendre position ni d'endosser un candidat ou l'autre.

« Tout dépendant de la teneur de la course, [il faudra] prendre position. Je pense vraiment qu'il ne faut pas être spectateur dans cette éventuelle course à la chefferie, mais vraiment faire valoir nos points de vue, prendre notre place », lance Léo Bureau-Blouin, qui estime que l'avenir du parti passe notamment par la conquête des électeurs âgés de moins de 40 ans.

Une centaine de jeunes sont attendus à Québec le 21 juin prochain pour la tenue du Conseil national des jeunes du Parti québécois, au cours duquel seront choisis les membres qui siégeront sur l'exécutif national du Comité national des jeunes au cours de la prochaine année.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?