DIVERTISSEMENT

Watch Dogs d'Ubisoft: Grand Theft Auto à la sauce «hacking» (PHOTOS)

27/05/2014 01:49 EDT | Actualisé 27/05/2014 01:49 EDT
Capture d'écran

Sûrement l’un des jeux les plus attendus de l’année, Watch Dogs est également le projet le plus ambitieux jamais créé par Ubisoft sur le plan technique. Mais est-il à la hauteur ?

L’univers du piratage combiné à un monde ouvert et à l’action d’un Grand Theft Auto, voilà comment l’on pourrait résumer Watch Dogs. Ubisoft a reproduit la ville de Chicago pour son dernier né, et donne une liberté totale au joueur. Il a le choix de se rendre à différents points en voiture pour accomplir les missions, ou encore de flâner, découvrir les monuments et admirer les superbes couchers de soleil sur la ville.

Une ville sans protection

L’histoire met en scène Aiden Pearce, un pirate informatique qui habite Chicago. Dans la ville, le système ctOS a été déployé et relie tout ce qui peut exister d’électronique, allant des caméras de sécurité jusqu’aux appareils personnels. Mais ce système comporte des failles et le protagoniste compte bien en profiter.

Au centre de cette aventure, cette capacité d’Aiden à pénétrer les réseaux grâce à son cellulaire et qui lui donne ainsi accès à un contrôle total de l’environnement. En pressant une touche, on pirate le cellulaire d’un passant, ou on contrôle les caméras et systèmes de sécurité. Dans les missions, on peut empêcher les ennemis d’appeler des renforts, ou les distraire en les appelant avant de les assommer. Lors des poursuites en voiture, on élimine ses poursuivants en passant les feux de croisement au vert, ou en faisant faire sauter des conduites d’eau qui provoquent des explosions gigantesques.

Heureusement, le joueur a également accès à un véritable arsenal, et qui ne sera pas de trop, tellement les ennemis sont nombreux et les fusillades intenses.

Un monde en évolution

Si Aiden évolue grâce à un très bon système de progression qui démultiplie les possibilités de jeu, Watch Dogs présente également une richesse de contenu assez exceptionnelle. Il y a des centaines d’évènements et de missions secondaires dans chaque recoin de Chicago. Comme dans GTA, on peut pratiquer des jeux comme les trips numériques ou se rabattre sur les soporifiques échecs ou poker.

C’est réellement le premier jeu qui peut s’enorgueillir d’approcher GTA, sans toutefois égaler celle de GTA V avec son pilotage d’avions ou ses divers sports à pratiquer. Toutefois, Watch Dogs en offre suffisamment assez tant au niveau de l’action, de l’infiltration, et bien sûr de l’intérêt pour garder le joueur des dizaines d’heures, même s’il faudra environ 25 heures pour finir le scénario principal. Et pour prolonger l’expérience, le jeu en ligne permet d’affronter d’autres joueurs dans des épreuves de piratage ou des courses.

Une histoire d’équilibre

Un jeu aussi riche est-il parfait ? Faire un jeu comme Watch Dogs demande du temps afin d’assurer l’équilibre. Alors oui le contrat est rempli, mais il n’est pas exempt de défauts.

Ainsi, si le jeu privilégie l’infiltration, il est impossible d’attirer l’ennemi avec la voix, ce qui est parfois réellement gênant. Un Taser aurait été précieux lorsqu’il faut éliminer deux ennemis proches de façon discrète. On gagne alors par chance, où on se fait repérer. La sélection des armes n’est pas pensée, non plus, pour être utilisée facilement dans le feu de l’action. Enfin, si Aiden peut escalader un obstacle, il lui est impossible de sauter dans une direction.

D’ailleurs, au commencement du jeu, évitez absolument les poursuites en voiture avec la police, trop rapide et attaquant sans cesse.

Techniquement inégal, selon les machines

Sur PS3 et Xbox 360, le jeu est à la limite sur le plan technique et on sent la console souffrir. On prend du plaisir, mais ne regardez jamais les versions Xbox One, PS4 ou PC. Si le jeu est lisse et avec de superbes éclairages sur PS4, notre version Xbox One souffre d’un aliasing trop présent à l’écran (contour des objets en dents de scie) et de textures parfois pixellisées dans les intérieurs. Le jeu reste très beau dans son ensemble, mais ne l’est pas autant que dans les vidéos de promotion.

Au final, Watch Dogs est un jeu long et très prenant. Si Ubisoft a pu apprendre avec Assassin’s Creed à créer des univers complexes, Watch Dogs va encore plus loin, au point d’être le premier jeu à réellement en offrir presque autant que GTA. C’est un excellent premier jeu. Retravaillé et enrichi, il donnera un deuxième opus qui pourra prétendre à être exceptionnel.

INOLTRE SU HUFFPOST

Watch Dogs de Ubisoft