NOUVELLES

Procès du capitaine du Concordia: "l'armateur ne pouvait pas ne pas savoir" (témoin)

27/05/2014 12:41 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

"L'armateur (Costa) ne pouvait pas ne pas savoir" que le commandant s'approcherait très près -- trop près -- de l'île du Giglio, le 13 janvier 2012, une erreur à l'origine du naufrage du Concordia ayant fait 32 morts, a estimé mardi l'ancien président d'une société de classification des navires.

Enrico Scerni, qui était à la tête du Rina (Registro Italiano Navale, registre naval italien) depuis dix ans jusqu'à ce que ses commentaires sur le drame provoquent son limogeage quatre jours plus tard, a témoigné mardi devant le tribunal de Grosseto (centre) dans le procès contre le capitaine Francesco Schettino.

"Ce type de navigation touristique, rapprochée, qui consiste à dévier de la route tracée, était fréquent", a affirmé M. Scerni, assurant que ce qui s'est produit devant l'île toscane du Giglio "n'était pas une première".

"Ce n'était pas la première fois qu'un paquebot, ou du moins le commandant d'un navire, prenait la liberté de dévier de la route prévue, et que son armateur vraisemblablement le savait", a-t-il déclaré.

En résumé, a-t-il conclu: "l'armateur ne pouvait pas ne pas savoir".

La mère du quartier-maître Antonello Tievoli, qui officiait ce soir-là à bord du paquebot aux côtés du capitaine, Mamiliana Rossi a assuré pour sa part qu'en tant qu'habitante du Giglio, elle était habituée à voir les navires "passer plus ou moins près".

Le soir du drame, son fils qui, selon des témoignages aurait demandé et obtenu du capitaine que le Concordia se rapproche de la côte pour saluer sa famille, lui avait téléphoné pour lui annoncer qu'il était sur le bateau.

Selon elle, les paquebots se rapprochaient à "700-800 mètres" de la côte, mais ce soir-là, elle a vu "les lumières du bateau s'éteindre, alors que ça ne se produisait pas d'habitude".

Le navire venait de heurter un écueil avant de s'échouer tout près du rivage avec 4.229 personnes à son bord, dont plus de 3.000 passagers de dizaines de nationalités différentes.

Francesco Schettino est jugé à Grosseto pour homicides multiples par imprudence, naufrage et abandon de navire.

Par ailleurs, le renflouement du navire et son départ du Giglio vers un port où il sera démantelé, ont été retardés.

Initialement prévu en juin, l'opération ne pourra pas être effectuée avant les 18 ou 20 juillet, en raison du décrochement d'un caisson début mai.

Mardi, le ministre italien de l'Environnement a précisé qu'une réunion "décisionnaire" sur cette opération, avec toutes les parties concernées, aurait lieu le 16 juin.

Le renflouement du Concordia est la plus grosse opération de ce type jamais entreprise au niveau mondial.

lrb/fka/bir

PLUS:hp