NOUVELLES

Obama compte maintenir 9.800 militaires américains en Afghanistan après 2014

27/05/2014 01:20 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

Barack Obama devait proposer mardi de maintenir 9.800 militaires américains en Afghanistan en 2015 avant un retrait complet fin 2016, à temps pour lui permettre de quitter la Maison Blanche en ayant tourné la page des guerres de l'après 11-Septembre.

Une présence militaire américaine en Afghanistan, une fois la mission de combat de l'Otan achevée à la fin de l'année, est toutefois tributaire de la signature par le futur président afghan du Traité bilatéral de sécurité (BSA) encadrant les conditions d'une présence militaire américaine.

Le président Hamid Karzaï refuse de le parapher mais les deux candidats qualifiés pour le second tour de la présidentielle afghane du 14 juin, Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, ont annoncé qu'ils le signeraient.

Le président américain doit prendre la parole à 14H45 (18H45 GMT) pour évoquer les "prochaines étapes pour mettre fin à la guerre en Afghanistan", a annoncé un haut responsable de l'administration.

Cette annonce intervient deux jours après une visite éclair de Barack Obama sur la base de Bagram, au nord de Kaboul.

"Sous réserve de la signature du BSA, nous aurons début 2015 9.800 militaires américains dans différents endroits du pays, au côté de nos alliés de l'Otan et d'autres partenaires", a ajouté ce haut responsable.

Les troupes américaines seront chargées de deux missions: la poursuite d'"opérations antiterroristes contre les restes d'al-Qaïda" et l'entraînement des forces afghanes. Elles permettront en outre d'assurer aux forces afghanes un soutien, notamment dans le domaine aérien, parent pauvre de l'armée afghane, face aux insurgés talibans.

L'Alliance atlantique, qui achève sa mission de combat en Afghanistan à la fin de l'année, a elle aussi annoncé il y a plusieurs mois qu'elle comptait maintenir une présence en Afghanistan afin de continuer à former les troupes afghanes après 2014.

- Calendrier politique -

L'Allemagne et l'Italie devraient notamment être des nations-cadre de cette opération. L'Australie s'est dit prête à maintenir un contingent de forces spéciales en Afghanistan.

Un autre responsable de la présidence a indiqué mardi que M. Obama avait parlé lundi aux chefs des gouvernements allemand Angela Merkel, italien Matteo Renzi et britannique David Cameron pour parler de ce dossier. Le président américain a aussi appelé M. Karzaï mardi matin, selon la même source.

Les Etats-Unis disposent actuellement de 32.800 hommes en Afghanistan, épaulés par 17.700 alliés et de 340.600 soldats et policiers afghans, selon des chiffres du Pentagone.

De 9.800 hommes en 2015, la présence américaine sera réduite "de moitié" à la fin de cette année-là et essentiellement concentrée sur l'immense base aérienne de Bagram et à Kaboul, pour arriver à un retrait complet un an plus tard.

"D'ici fin 2016, nous reviendrons à une présence diplomatique normale", a ajouté ce haut responsable. Selon un autre responsable américain, cela signifie que "200 militaires américains environ" resteraient dans le pays au sein de l'ambassade pour la coopération militaire bilatérale traditionnelle.

Ce calendrier permettrait à Barack Obama de voir les derniers soldats américains rentrer à la fin 2016, à quelques jours de la fin de son second mandat.

Après avoir retiré les troupes américaines d'Irak fin 2011, il quitterait alors la Maison Blanche en ayant mis fin aux deux sanglants conflits qui ont marqué les Etats-Unis depuis les attentats de 2001 et ont coûté la vie à plus de 6.800 militaires américains.

Le chef républicain de la commission des forces armées à la Chambre des représentants a salué la décision de M. Obama de respecter les souhaits énoncés par l'armée, mais a estimé que fixer une échéance pour un retrait complet n'était pas logique. "Est-ce que le président veut reproduire ses erreurs de l'Irak, quand il a abandonné la région au chaos"? s'est interrogé Howard McKeon.

D'un autre côté, le groupe pacifiste "Peace Action" a assuré qu'il n'existait pas "de preuves solides du fait que (...) laisser des soldats et des contractuels en Afghanistan à l'issue de cette année améliorera la sécurité des Américains".

"Les Américains en ont assez de la guerre. Il est temps que la plus longue des guerres de l'histoire américaine prenne fin", a affirmé le directeur de cette organisation, Paul Kawika Martin.

bur-mra-tq/gde

PLUS:hp