NOUVELLES

Libye: Ansar Asharia défie un général dissident

27/05/2014 02:08 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

Le groupe jihadiste libyen Ansar Asharia a appelé les Libyens à se dissocier de la campagne d'un général dissident qui dit combattre le terrorisme, lui promettant le même sort que l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi tué en 2011.

"N'écoutez pas les appels de ceux qui veulent nous diviser", a déclaré Mohamed Al-Zehawi, chef d'Ansar Asharia à Benghazi, en lisant un communiqué sur plusieurs télévisions libyennes.

Vêtu de l'habit traditionnel libyen sur fond du drapeau jihadiste noir, M. Zehaoui, dont l'organisation est classée "terroriste" par les Etats-Unis, s'est adressé en particulier aux tribus, en les exhortées à ne pas "entraîner leurs fils dans la sédition".

Il a accusé le général dissident, Khalifa Haftar, d'être un "nouveau Kadhafi" et un "agent des renseignements américains" et lui a promis, comme à ceux qui le soutiennent, le même sort que le dirigeant déchu arrêté puis tué en 2011 après huit mois de rébellion.

M. Zehaoui a réaffirmé la détermination de son groupe et ses "alliés" à "combattre le tyran Haftar".

Le général Haftar a lancé le 16 mai une campagne baptisée "la Dignité" contre les groupes extrémistes, en particulier à Benghazi.

Cette opération a reçu le soutien de plusieurs brigades et milices et l'adhésion d'une grande partie de la population.

"S'il insiste dans cette sale guerre, il va ouvrir les portes de l'enfer sur lui et sur toute la région", a prévenu M. Zehaoui, mettant en garde les Etats-Unis contre toute intervention en Libye.

Ansar Asharia (Les partisans de la loi islamique, en arabe) est pointé du doigt dans plusieurs attaques et assassinats ayant visé les services de sécurité à Benghazi.

Le groupe est aussi soupçonné d'être impliqué dans des attaques contre les intérêts occidentaux, dont celle du 11 septembre 2012 contre le consulat américain à Benghazi, qui avait coûté la vie à l'ambassadeur.

Ansar Asharia a vu le jour après la chute du régime de Mouammar Kadhafi et son bras militaire est formé par d'anciens rebelles. Il milite pour l'application de la charia, ne reconnaît pas les institutions de transition et qualifie les services de sécurité d'"apostats".

hj-ila/fcc

PLUS:hp