NOUVELLES

Uranium/Areva: les négociations avec Niamey en train d'être finalisées

20/05/2014 12:06 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

Les négociations avec Niamey sur le renouvellement des contrats d'exploitation des deux mines d'uranium par le géant français du nucléaire Areva au Niger sont en train d'être finalisées, a déclaré mardi le patron de la compagnie française, Luc Oursel.

"Nous continuons à y investir, à développer ces activités et (...) nous sommes en train de finaliser des accords avec le gouvernement du Niger qui permettront à notre activité de fonctionner au Niger", a affirmé M. Oursel lors d'une audition devant la commission d'enquête parlementaire sur les coûts du nucléaire.

Luc Oursel a rencontré lundi le président du Niger, Mahamadou Issoufou, "pour une nouvelle étape dans ces discussions, mais vraiment nous sommes tout proches de la fin", a-t-il indiqué à des journalistes mardi en marge de l'Assemblée générale d'Areva.

"Nous sommes en train d'arriver à un bon accord, c'est-à-dire à un accord équilibré à la fois pour le pays du Niger et Areva", a-t-il ajouté.

"Nous sommes le premier employeur privé au Niger", a-t-il souligné devant la commission d'enquête parlementaire.

Areva et l'État nigérien sont depuis des mois en intenses discussions pour prolonger pour dix ans les contrats d'exploitation de deux mines du nord du pays, arrivés à échéance le 31 décembre 2013. Le gouvernement de Niamey, comme la société civile, les estiment défavorables à ce pays sahélien pauvre, pourtant quatrième producteur mondial d'uranium.

Les négociations achoppent surtout sur le refus du géant du nucléaire français d'accepter une loi minière votée en 2006, qui ferait croître la taxation sur le minerai qu'il extrait au Niger de 5,5% à 12% et le priverait de certaines exonérations fiscales.

mpa/fpo/ih/aub

PLUS:hp