NOUVELLES

Sur le "front de l'est" de l'Ukraine, Andriivka apprend à vivre au son des tirs de mortier

20/05/2014 06:08 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

En enfilant ses chaussures pour se rendre à ses plants de tomates, Olga Vassilievna, une habitante d'Andriivka, un village situé sur une des "lignes de front" de l'est de l'Ukraine, entre d'un côté les rebelles et de l'autre l'armée ukrainienne, pensait que le pilonnage nocturne avait pris fin.

"Je me suis dit à moi-même, merci mon Dieu c'est terminé. Et j'ai commencé à travailler quand soudain j'ai entendu le chhhhhhhh au-dessus de ma tête et puis boum, boum, boum", explique cette retraitée aux cheveux poivre et sel, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille.

Elle cesse quelques instants de creuser le sol et ajoute: "Chaque jour, ils tirent avec de mitrailleuses lourdes, des armes automatiques ou des mortiers". "Maintenant j'ai appris à faire la différence entre chaque".

En quelques semaines, ce village ordinaire est passé du hameau oublié à la ligne de front qui sépare l'armée ukrainienne et les insurgés séparatistes prorusses. Juste derrière, sur la colline, des militaires ukrainiens ont installé un camp avec ses blindés sous la tour de télévision. En dessous, les combattants prorusses ont construit une barricade derrière les ruines de quelques wagons de train.

Les échanges de tirs de plus en plus fréquents entre les deux camps ont transformé Andriivka, tout près de Slaviansk, la ville rebelle encerclée par l'armée ukrainienne, en un dangereux no man's land. Sauf que les habitants sont toujours là.

"La nuit dernière, j'ai dormi par terre entre la cheminée et l'armoire", raconte Olga, accompagnée par le chant des oiseaux qui gazouillent derrière sa petite maison de brique de la rue Oktiabrskaïa. "Quand les obus touchent le haut de la colline alors notre maison tremble. L'horloge de notre mur est maintenant tordue", regrette-t-elle.

Malgré le danger, Olga et les autres habitants ne veulent pas partir. "Pour aller où ?", demande un homme qui se promène dans la rue avec sa femme. "J'ai 65 ans. Je suis né ici et j'ai vécu toute ma vie ici".

- Combats de nuit -

Un peu plus loin sur la route, Valentina Pakoula et son mari Igor expliquent que la clôture métallique noire qui entoure leur maison a été posée en avril. Aujourd'hui, elle est constellée de trous faits par les éclats d'obus. "C'était le paradis. C'est maintenant l'enfer", explique Valetnina.

Elle attend avec impatience que la nuit tombe pour dormir dans l'usine de machines dans laquelle elle travaille, protégée des tirs qui se font plus intenses la nuit. "Nos libérateurs sont venus et nous ont libérés de nos vies paisibles. Merci beaucoup à eux", ironise-t-elle en montrant du doigt le camp de l'armée ukrainienne qui se trouve à quelques centaines de mètres.

"Quel gouvernement peut faire ça? C'est pour cela que les gens se soulèvent", renchérit son mari Igor.

Les rues sont quasiment désertes mais la vie semble suivre son cours: un couple revient à bicyclette du magasin du village. Un homme promène son chien. De l'autre côté de la rue, Serguiï, 51 ans, cultive son maïs devant sa maison d'enfance tandis que sa mère invalide de 74 ans, reste à l'intérieur, à l'abri de la chaleur.

"Finalement, nous nous sommes lentement habitués à tout ça. Vous attendez qu'ils bombardent et ils bombardent", résume-t-il.

del/tib/kat/jh

PLUS:hp